30/12/2015

TOP 65 ALBUMS 2015

65_don henley.jpg

65. Don Henley - Cass County

 

 

 

 

 

64 simply red big love.jpg

64. Simply Red - Big Love

 

 

 

 

 

 

63_Lindemann_Skills_in_Pills.jpg

63. Lindemann - Skills in Pills

 

 

 

 

 

 

62_Roisin_Murphy_-_Hairless_Toys.jpg

62. Roisin Murphy - Hairless Toys

 

 

 

 

 

 

 

61+sun kill moon.jpg

61. Sun Kill Moon - Universal Themes

 

 

 

 

 

 

60mg.jpg

60. Martin Gore - MG

 

 

 

 

 

 

59The-Charlatans-Modern-Nature.jpg

59. The Charlatans - Modern Nature

 

 

 

 

 

 

58Public_Service_Broadcasting_-_The_Race_For_Space.jpg

58. Public Service Broadcasting - The Race For Space

 

 

 

 

 

 

57FFS.jpg

57. FFS - FFS

 

 

 

 

 

 

55Will_Butler_Policy.jpg

56. Will Butler - Policy

 

 

 

 

 

 

55therapy-disquiet-album-art.jpg

55. Therapy? - Disquiet

 

 

 

 

 

 

54frankturner.jpg

54. Frank Turner - Positive Songs For Negative People

 

 

 

 

 

 

53mumford-sons-wilder-mind.jpg

53. Mumford & Sons - Wilder Minds

 

 

 

 

 

 

52vaccines.jpg52. The Vaccines - English Graffiti

 

 

 

 

 


50_Gang of four What Happens Next.jpg51. Gang of Four - What Happens Next

 

 

 

 

 

 

49_built-to-spill-untethered-moon.jpg50. Built to Spill - Untethered Moon

 

 

 

 

 

 


48_The_Day_Is_My_Enemy_album_cover.jpg49. The Prodigy - The Day Is My Enemy

 

 

 

 

 

 


47_Jamie_xx_-_In_Colour.jpg48. Jamie xx - In Colour

 

 

 

 

 

 


46_fufanu.jpg47. Fufanu - Few More Days To Go

 

 

 

 

 

 


45_peter kernel.jpg46. Peter Kernel - Thrill Addict

 

 

 

 

 

 


44_Lonelady_-_Hinterland.jpg45. Lonelady - Hinterland

 

 

 

 

 

 


43_mercury-rev-the-light-in-you.jpg44. Mercury Rev - The Light In You

 

 

 

 

 

 


42_Django_Django_-_Born_Under_Saturn.jpg43. Django Django - Born Under Saturn

 

 

 

 

 

 


42_chriscornellhigheralbumbigger.jpg42. Chris Cornell - Higher Truth

 

 

 

 

 

 


41_Stereophonics.jpg41. Stereophonics - Keep The Village Alive

 

 

 

 

 

 

40_The-do shake.jpg

40. The Dø - Shake Shook Shaken

 

 

 

 

 

 


39_leftfield.jpg39. Leftfield - Alternative Light Source

 

 

 

 

 

 


38_chvrches_every open eye.jpg38. CHVRCHES - Every Open Eye

 

 

 

 

 

 


37_Drenge-2015-Undertow-Cover_Art.jpg37. Drenge - Undertow

 

 

 

 

 

 


36_Everything_Everything_-_Get_To_Heaven.jpg36. Everything Everything - Get To Heaven

 

 

 

 

 

 


35_The-Strypes-Little-Victories.jpg35. The Strypes - Little Victories

 

 

 

 

 

 


334_wmbts_glitterbug_CD_Vinyl-cover.jpg34. The Wombats - Glitterbug

 

 

 

 

 

 


33_iamx_metanoia.jpg33. IAMX - Metanoia

 

 

 

 

 

 


32_Stornoway_-_Bonxie.jpg32. Stornoway - Bonxie

 

 

 

 

 

 


31_Tom_McRae_-_Did_I_Sleep_And_Miss_The_Border.jpg31. Tom McRae - Did I Sleep And Miss The Border

 

 

 

 

 

 


30_why-make-sense.jpg30. Hot Chip - Why Make Sense 

 

 

 

 

 

 


29_Genghar - A Dream Outside-packshot1.jpg29. Gengahr - A Dream Outside

 

 

 

 

 

 


28_paul kalkbrenner 7.jpg28. Paul Kalkbrenner - 7

 

 

 

 

 

 


27_gaz coombes.jpg27. Gaz Coombes - Matador

 

 

 

 

 

 


26_circa-waves.jpg26. Circa Waves - Young Chasers

 

 

 

 

 

 


25_death cab for cutie kintsugi.jpg25. Death Cab For Cutie - Kintsugi

 

 

 

 

 

 


24_New_Order_-_Music_Complete.jpg24. New Order - Music Complete

 

 

 

 

 

 


23_Dave-Gahan-Angels-Ghosts.jpg23. Dave Gahan & Soulsavers - Angels & Ghosts

 

 

 

 

 

 


22_watson_Love_Songs_For_Robots.jpg22. Patrick Watson - Love Songs For Robots

 

 

 

 

 

 


21_alabama shakes.jpg21. Alabama Shakes - Sound & Color

 

 

 

 

 

 


20_Wolf-Alice-My-Love-Is-Cool.jpg20. Wolf Alice - My Love Is Cool

 

 

 

 

 

 


19_blur-the-magic-whip.jpg19. Blur - The Magic Whip

 

 

 

 

 

 


18_disappears_-_irreal.jpg18. Disappears - Irreal

 

 

 

 

 

 


17_beirut no no no.jpg17. Beirut - No No No

 

 

 

 

 

 


16_jose gonzalez vestiges and claws.jpg16. Jose Gonzalez - Vestiges & Claws

 

 

 

 

 

 


15_Balthazar-Thin-Walls.jpg15. Balthazar - Thin Walls

 

 

 

 

 

 


14_decemberists.jpg14. The Decemberists - What A Terrible World, What A Beautiful World

 

 

 

 

 

 


13_The-Chemical-Brothers-Born-In-The-Echoes-Artwork.jpg13. The Chemical Brothers - Born In The Echoes

 

 

 

 

 

 


12_my morning jacket the waterfall.jpg12. My Morning Jacket - The Waterfall

 

 

 

 

 

 


11_John-Grant-Grey-Tickles-Black-Pressure-560x560.jpeg11. John Grant - Grey Tickles, Black Pressure

 

 

 

 

 

 


10_tame-impala-currents.jpg10. Tame Impala - Currents

 

 

 

 

 

 


09_Foals_-_What_Went_Down.jpg9. Foals - What Went Down

 

 

 

 

 

 


08_other lives ritual.jpg8. Other Lives - Ritual

 

 

 

 

 

 


07_The-Maccabees_Marks-To-Prove-It_cover.jpeg7. The Maccabees - Marks To Prove It

 

 

 

 

 

 


06_Editors_-_In_Dream.jpg6. Editors - In Dream

 

 

 

 

 

 


5. A Place To Bury Strangers - Transfixiation05_a place to bury strangers - transfixiation.jpg

 

 

 

 

 

 

04_BirdPen_-_In_The_Company_Of_Imaginary_Friends.jpg

4. Birdpen - In The Company Of Imaginary Friends

 

 

 

 

 

 

03_roscoe_mont_royal.jpg

3. Roscoe - Mont Royal

 

 

 

 

 

 


02_Florence-And-The-Machine-How-Big-How-Blue-How-Beautiful.jpg2. Florence + The Machine - How Big, How Blue, How Beautiful

 

 

 

 

 

 


01_Noel_Gallagher_High_Flying_Birds_-_Chasing_Yesterday.jpg1. Noel Gallagher's High Flying Birds - Chasing Yesterday

 

Publié dans Dernières écoutes | Commentaires (0) | 00:01 |  Facebook | | Tags : top 50 | Lien permanent

15/01/2015

FKA Twigs - LP1

fkatwigs.jpg

 

FKA Twigs, un nom qui le mois dernier, trustait le sommet de la plupart des tops albums 2014. Derrière ce sobriquet digne d’un plat libanais, on trouve la jeune Anglaise Tahliah Barnett. Née d’un père jamaïcain et d’une mère d’origine espagnole, cette artiste polyvalente s’ouvre les portes du monde de la musique en dansant dans des vidéos d’Ed Sheeran, Jessie J ou Kylie Minogue. Au vu de ces références, on pouvait difficilement s’attendre à ce que son premier album solo atteigne une telle profondeur musicale.

 

 

Et pourtant. LP1 affiche d’étonnants contours. Nanti d’une sonorité à la fois vivante et synthétique, qui évolue au fil de l’écoute, ce disque propose un déroulement toute en finesse, précision et émotion. Tantôt, il nous berce au creux d’une bise minimaliste, tantôt il distribue de lancinants coups de griffe, qui font l’effet d’étreintes avec une créature futuriste. Soul, dub, trip hop, les embruns qu’il diffuse sont multiples et inattendus. Sans parler de cette omniprésente tension, par moments aphrodisiaque, dont on ne sait réellement si elle nous enveloppe ou nous enjôle. Un album saisissant, qui mélange les saveurs et creuse là où peu s’aventurent.

 

 

FKA Twigs

LP1

Note : ♪  

 

Ecoutez:

Two Weeks

Pendulum

13/01/2015

Blaudzun – Promises of No Man’s Land

blaudzun.jpg

 

Emprunté à un cycliste inconnu, qui répondait au doux prénom de Verner, Blaudzun est le nom de scène de Johannes Sigmond, un Hollandais au look intriguant, à mi-chemin entre un bee gee et un hipster. Et contrairement à certaines grandes stars, le bougre se distingue autrement que par l’originalité de son apparence.

 

Jusqu’ici auteur d’une carrière relativement discrète, il arrive avec un album intéressant, de teinte organique et mélancolique. L’aspect pincé de ses mélodies folk, avides de vous mordre la gorge, mesure à lui seul l’influence majeure d’Arcade Fire sur sa carrière. Sans torture ni abondance, les compositions de Blaudzun trouvent écho aux envies et regrets d’un public qui ne cherche pas à paraître. Le bémol réside dans la disparition progressive de la surprise, au fur et à mesure que les plages défilent en reproduisant des émotions similaires. Ainsi, certaines chansons se confondent facilement avec les précédentes. Cela n’enlève en rien la saveur de cette galette de maïs.

 

 

Blaudzun

Promises of No Man's Land

Note♪  

 

 

Ecoutez:

Euphoria

Promises of No Man's Land

 

27/12/2014

TOP 50 ALBUMS 2014

Après moult hésitations, grattages de crâne, écoutes et réécoutes de dernière minute, je suis parvenu à dresser mon classement personnel des meilleurs albums de l'année bientôt écoulée. La probabilité existe que dans les prochains mois, je mette le doigt sur de nouvelles perles qui mériteraient leur place dans ce classement. Elle est d'ailleurs fort importante vu que, je l'avoue, cela arrive chaque année. Mais puisqu'il n'y aura pas de remaniement, voici ce qui restera la dernière version de mon Top 50 albums 2014.

 


FamiliarsAntlers.jpg50. The Antlers - Familiars

 

 

 

 

 

 

49playland.jpg49. Johnny Marr - Playland

 

 

 

 

 

 

48linkinpark.jpg48. Linkin Park - The Hunting Party

 

 

 

 

 

 

sonic-highways.jpg47. Foo Fighters - Sonic Highways

 

 

 

 

 

 

46royksopp.jpg46. Röyksopp - The Inevitable End

 

 

 

 

 

 

45marmozets.jpg45. The Marmozets - The Weird And Wonderful Marmozets

 

 

 

 

 

 

44zolajesus.jpg44. Zola Jesus - Taiga

 

 

 

 

 

 

43Jack_White_-_Lazaretto.jpg43. Jack White - Lazaretto

 

 

 

 

 

 

42simple-minds-big-music.jpg42. Simple Minds - Big Music

 

 

 

 

 

 

41high-hopes-album-bruce-springsteen.jpg41. Bruce Springsteen - High Hopes

 

 

 

 

 

 

weezer.jpg

40. Weezer - Everything Will Be Alright In The End

 

 

 

 

 

 

39Aphex_Twin_Syro.jpg39. Aphex Twin - Syro

 

 

 

 

 

 

38hozier.jpg38. Hozier - Hozier

 

 

 

 

 

 

37WHB.jpg37. We Have Band - Movements

 

 

 

 

 

 

36BSR.jpg36. Blood Red Shoes - Blood Red Shoes

 

 

 

 

 

 

sbtrkt-wonder-where-we-land-lp-stream.jpg35. SBTRKT - Wonder Where We Land

 

 

 

 

 

 

34Augustines-album.jpg34. Augustines - Augustines

 

 

 

 

 

 

33mogwai.jpg33. Mogwai - Rave Tapes

 

 

 

 

 

 

32horrors.jpg32. The Horrors - Luminous

 

 

 

 

 

 

zootwoman.jpg31. Zoot Woman - Star Climbing

 

 

 

 

 

 

30Death_From_Above_The_Physical_World_album_art.jpg30. Death From Above 1979 - The Physical World

 

 

 

 

 

 

29BLAUDZUN.jpg29. Blaudzun - Promises Of No Man's Land

 

 

 

 

 

 

28mo.jpg28. MØ - No Mythologies to follow

 

 

 

 

 

 

The Black Keys Turn Blue.jpg27. The Black Keys - Turn Blue

 

 

 

 

 

 

26Manic Street Preachers - Futurology.jpg26. Manic Street Preachers - Futurology

 

 

 

 

 

 

Die-Antwoord-Donker-Mag.jpg25. Die Antwoord - Donker Mag

 

 

 

 

 

 

morrissey.jpg24. Morrissey - World Peace Is None Of Your Business

 

 

 

 

 

 

24sharon.jpg23. Sharon Van Etten - Are We There

 

 

 

 

 

 

the-war-on-drugs-lost-in-the-dream.jpg22. The War On Drugs - Lost In The Dream

 

 

 

 

 

 

21breakhorses.jpg21. I Break Horses - Chiaroscuro

 

 

 

 

 

 

hundreds-aftermath-2014.jpg20. Hundreds - Aftermath

 

 

 

 

 

 

19warpaint.jpg19. Warpaint - Warpaint

 

 

 

 

 

 

allah_las_worshipcover.jpg18. Allah Las - Worship The Sun

 

 

 

 

 

 

17fkatwigs.jpg17. FKA Twigs - LP1

 

 

 

 

 

 

16vancejoy.jpg16. Vance Joy - Dream Your Life Away

 

 

 

 

 

 

15foster.jpg15. Foster The People - Supermodel

 

 

 

 

 

 

14tv.jpg14. TV On The Radio - Seeds

 

 

 

 

 

 

interpol_elpintor.jpg13. Interpol - El Pintor

 

 

 

 

 

 

12Swans_To_Be_Kind.jpg12. Swans - To be kind

 

 

 

 

 

 

11kasabian.jpg11. Kasabian - 48:13

 

 

 

 

 

 

alt-j.jpg10. Alt-J - This Is All Yours

 

 

 

 

 

 

royalblood.jpg9. Royal Blood - Royal Blood

 

 

 

 

 

 

fink.jpg8. Fink - Hard Believer

 

 

 

 

 

 

7liars.jpg7. LIARS - Mess

 

 

 

 

 

 

caribou-our-love.jpg6. Caribou - Our Love

 

 

 

 

 

 

Kele_-_Trick.jpg5. Kele - Trick

 

 

 

 

 

 

3bombay.jpg

4. Bombay Bicycle Club - So Long, See You Tomorrow

 

 

 

 

 

 

Sohn-tremors-FINAL-620x620.jpg

3. SOHN - Tremors

 

 

 

 

 

 

dan_croll.jpg2. Dan Croll - Sweet Disarray

 

 

 

 

 

 

oscarwolf.jpg1. Oscar And The Wolf- Entity

 

22/12/2014

Suivez le fil 2014 (3)

Oscar And The Wolf - Entity

 

oscarwolf.jpg2014 restera comme l’année où toute la bourgeoisie musicale s’est paluchée sur Christine and the Queens. Pourtant, en France, l’indé reste à l’image du vin : on peut toujours trouver mieux pour moins cher.  Oscar and The Wolf, par exemple, un groupe au nom digne d’un conte des frères Grimm, qui nous fait l’honneur de représenter notre plat pays au plus haut niveau. Un sextet néerlandophone, dont la musique possède une qualité rare et recherchée de tous : la séduction, aussi ardente qu’instantanée. Entity offre une longue séance d’électronique lancinante, paisible comme du XX et intense comme du Massive Attack période « 10000th window ». Il ne suffit que de quelques secondes pour s’engouffrer dans ce monde scotchant, qui caresse nos tympans à la limite de l’interdit. Sons et effets sont mesurés à point, si bien que cette captivante atmosphère demeure active de la première à la dernière seconde. Tout simplement un must de 2014.

Note : ♪ ♪ ♪ 

Ecoutez : Strange Entity

 

 

The War On Drugs – Lost in the dream

 

the-war-on-drugs-lost-in-the-dream.jpgComme Bruce Springsteen, The War On Drugs viennent de l’est des Etats-Unis. Comme Bruce Springsteen, leur musique se distingue par sa profondeur, et son mélange mélo-énergique. Ils n’ont ni l’aura ni la carrière du boss, mais leur dernier album ne manque pas d’intérêt. Lost In The Dream nous offre une heure de rock étiqueté « indé », diffus entre différents sous-genres tel pop, country et psyché. Une bien agréable balade vers des lieux qu’on ne se lasse pas de redécouvrir.

 

 

Note : ♪ ♪ 

Ecoutez: Red Eyes

 

 

 

Morrissey – World Peace Is None Of Your Business

 

morrissey.jpgMorrissey est l’homme qui a fondé les Smiths, un groupe à jamais influent et regretté, auquel il n’aura manqué qu’un tube d’envergure internationale pour remplir des stades dans toute l’Europe - demandez donc à Noel Gallagher ce qu’Oasis serait devenu sans Wonderwall. C’est également un artiste engagé, et un homme de principe, qui déteste porter des gants. Outre ses multiples coups de gueule politiques, il est aussi le végétarien convaincu qui parvient à faire interdire la vente de hamburgers sur le site de festivals où il se produit. Cette énergie revendicatrice, Morrissey lui doit une grande partie de son inspiration. Et qu’on partage ou non ses idées, on ne peut que constater que le résultat musical est toujours de qualité. Garnie d’un pop rock varié, théâtral et flegmatique, dont son auteur a le secret, « World Peace …», en est la plus récente représentation. Un dixième album solo qui ne permet toujours pas de se lasser du personnage, et de sa voix unique, sur laquelle le poids des années n’a véritablement aucun effet.

 

Note : ♪ ♪ 

Ecoutez : Istanbul

 

 

Weezer - Everything Will Be Alright In The End

 

weezer.jpgWeezer est davantage connu pour une poignée de titres (Undone, Buddy Holly, Island In The Sun, Pork And Beans), que pour un chapitre bien précis de sa discographie (du bleu au rouge, en passant par le vert, et tous ceux qui portaient des titres). Après avoir trempé les doigts dans quelque tourment électronique, ce neuvième album studio marque un retour vers le rock désinvolte des débuts. Le long de dix titres finement composés, les guitares sautillent sur des airs catchy et un rythme emballé, à la manière d’une jeune fille en fleur qui participe à sa première boum. Survient ensuite, pour clôturer le disque, une inattendue trilogie de chansons, que l’on peut qualifier de « psychédélique, mais pas trop. ». Sur Everything Will Be Alright In The End, Weezer produit ce qu’il fait de mieux : une musique qui symbolise le mythe de l’insouciance éternelle. On peine à le croire, mais cela fera bientôt 20 ans que ce quatuor californien roule sa bosse sur la scène alternative. On leur souhaite encore, ainsi qu’à nous, bien du plaisir.

 

Note : ♪ ♪ 

Ecoutez : Back to the Shack

 

 

 

20/11/2014

Foo Fighters - Sonic Highways

sonic-highways.jpg

 

Dave Grohl est au rock ce que le Colisée est à Rome : un monument.

 

Pour commencer, le mec a joué dans un groupe avec Kurt Cobain. Une légende connue de tous, fans de rap, ou adeptes de bals musette, ou simples non-initiés. Kurt Cobain, une référence de son époque, qui en posant la crasse sur les longs cheveux, a révolutionné la fin du 20e siècle. Kurt Cobain, dont les épaules sans doute trop frêles n’ont pas supporté le poids de cette gloire, et qui a préféré exploser en plein vol plutôt que de s’écraser. Alors oui, statut de légende et décès anticipé peuvent être liés, mais dans le monde de la musique, disparition ne rime pas toujours avec panthéon. Ou alors, on nous a menti : Filip Nikolic et Patrick Topaloff sont toujours de ce monde.

 

Ensuite, le mec aurait pu se lamenter sur son sort, vivre sur son passé de petit batteur inconnu. Mais non, il est devenu leader de son propre groupe, moins d’un an après la fin du précédent. Un groupe qui dès ses premières galettes, a trouvé la bonne recette pour se loger dans une lucarne qu’il n’a toujours pas quittée presque vingt ans et un bouc plus tard.

 

Enfin, le mec possède une personnalité hors norme, mêlant charisme naturel et spontanéité déroutante. Quand il se fâche, on ne sait trop s’il plaisante, mais dans le doute, on préfère l’écouter. S’il interrompt son concert pour sortir un spectateur violent, le seul son de sa voix suffit à convaincre le trublion de s’en aller. Ce n’est pas le genre à se cacher derrière un service d’ordre personnel, lui - messieurs les gangsters en basket Vuiton, prenez-en de la graine. Plus généralement, qu’il soit drôle ou sérieux, le moindre de ses apartés a du sens. Celui prononcé au Pukkelpop 2012, à propos de la catastrophe qui avait touché l’édition précédente, me donne encore la chair de poule lorsque j’y repense. Bref, réjouissons-nous que ce personnage, ce mythe vivant, soit encore des nôtres, et nous offre encore, une fois tous les quatre ans en moyenne, un album issu de son inspiration personnelle.

 

D’inspiration, il en est précisément question sur Sonic Highways. Des autoroutes, disent-ils, en provenance de l’époque où le rock classique était roi. La période du vinyle que l’on croquait à pleines dents, des balades où la guitare faisait office de seconde voix, des chansons de vingt minutes jouées lors de concerts de douze heures, et des morceaux à deux titres séparés par un « slash ». C’est ainsi, structurellement, que se présente ce disque tout frais, armé de ses huit plages à rallonge. Témoin de cette influence, un emprunt découpé sur « All you Need is Love », oui, l’un des 372 titres phares des Beatles, et puisque je suis d’humeur taquine, je vous laisse le chercher vous-même. Globalement, nul besoin de renifler pour sentir tout le travail déployé par Grohl et sa bande sur cette œuvre voulue alternative. Un désir dont hélas, la concrétisation me semble mitigée.

 

Tout d’abord, la « bonne recette » précédemment citée est bien modifiée, mais pas vraiment améliorée. Certains souligneront à quel point il est encore difficile de se renouveler après vingt ans, et on ne peut pas leur donner tort. Soit, le problème ici est qu’à trop vouloir s’appliquer, le Dave en a oublié de rester lui-même. Certes remarquable, la sophistication écrase la spontanéité qui colle au caractère de Grohl. Résultat, Sonic Highways sent un peu le cirage, si bien qu’il glisse dans l’oreille sans réellement l’accrocher. Un poil trop lisse, ce dernier album des Foo Fighters manque cruellement de ces moments énervés, déjantés, de ces hymnes qu’on se passe en boucle et qui, des années plus tard, n’ont pas pris plus de rides que leur auteur. Il n’est pas mauvais, mais ce n’est pas celui-là qu’on retiendra.

 

 

Foo Fighters

Sonic Highways

Note: ♪ 

 

 

Ecoutez:

Something From Nothing

 

16/11/2014

Royal Blood (éponyme)

royalblood.jpg

 

Royal Blood, c’est la nouvelle sensation du rock anglais. Deux gamins de Brighton qui ont mangé leurs céréales en écoutant Jack White, Soundgarden et Led Zeppelin. Deux potes au style dépotant qui se trouvent les yeux fermés, et dont les Arctic Monkeys étaient déjà fans avant qu’ils ne sortent quoi que ce soit.

 

Royal Blood, c’est du « drum and bass » au sens littéral, 100% musclé avec  0% de six cordes. Du blues-rock juteux, sans pépin, pelure ni fioriture, qui en revient à l’essentiel : l’adrénaline pure. Un style aussi condensé que leur album, une galette de 32 minutes à peine mais qui ne contient que du single. Pas d’intro interminable, ni de pause langoureuse, non, que du fuel pour sauter en l’air et agiter ses membres et ses cheveux (pour ceux qui en ont).

 

Royal Blood, c’est sans doute ce qui se fait de mieux cette année en termes d’association simplicité-efficacité. A voir s’ils pourront s’embraser sur la durée, ou si le feu s’éteindra aussi vite qu’il s’est propagé.

 

 

Royal Blood (éponyme)

Note :  ♪ 

 

 

Ecoutez :

Figure It Out

Little Monster

Out Of The Black

Come On Over