25/03/2010

Concert - Tom Mc Rae, Cirque Royal (Bruxelles), mercredi 24 mars 2010

TomMcRae on stage 01


Bien que son répertoire flotte dans une mélancolie latente, Tom Mc Rae nous a livré, ce mercredi soir, une prestation étonnamment positive.

La première partie était assurée de main de maître par son guitariste Brian Wright, seul avec sa voix country et sa guitare acoustique. Il faudra encore attendre quelques minutes avant que Mc Rae n'arrive sur scène d'un pas posé, comme on s'en va sonner à la porte de ses parents. Son attitude est on ne peut plus naturelle, et il ne laisse paraître la moindre émotion, malgré les applaudissements chaleureux d'une foule déjà conquise. McRae semble en effet disposer d'un noyau dûr de fans, qui le retrouvent lors de chacune de ses prestations en Belgique. En témoigne la proportion de mains levées lorsque, de son plateau, il demande à la foule qui était présent lors de son dernier passage à Bruxelles.

Des fans qui connaissent par coeur les paroles de End of the world, lorsque Tom scinde le public pour leur faire fredonner le refrain en deux couplets simultanés. Des fans qui ouvrent un parapluie rouge lorsque vient le temps de Still love you, chanson qui ouvre le dernier album. Des fans qui soufflent des bulles de savon lorsque Tom lance le début du Boy with the Bubblegum. Des fans qui, enfin, observent le silence le plus absolu, lorsque leur idole met son micro de côté, avance guitare en main vers le bord de la scène, et leur livre une chanson en pure style acoustique.

Durant près de deux heures, Mc Rae déroule une playlist essentiellement dirigée vers le premier et le dernier album. Ainsi se succèdent Me and Sicison, Karaoke Soul, Please, sans oublier un frissonnant Walking to Hawaii, où la guitare enivre et le violoncelle pleure. Entre les titres, Mc Rae improvise des blagues, ou pastiche son propre univers, notamment lorsqu'il décrit une Fan Boutique imaginaire où se vendent de multiples accessoires fantasques dont le parapluie "Tombrella - when you open it, it rains on you". On regrettera l'absence de certains titres parmi les plus poignants de son répertoire tels You cut her hair, You only disappear ou le récent Out of the walls, mais le public aura tout de même droit à une surprenante reprise de Umbrella de Rihanna, à la sauce McRae.

Après un premier rappel où pleuvent cris et applaudissements, Mc Rae revient à nouveau sur scène avec ces mots : "Puisque c'est un show de Tom Mc Rae, je ne pouvais pas vous laisser partir sans vous rendre triste". Et c'est sans ses musiciens qu'il interprête un dernier titre à la guitare, dans un silence religieux qui ne sera bruyamment rompu qu'une fois arrivé le terme de la chanson. Rentrant dans les coulisses, Mc Rae baisse la tête et, sans regarder son fidèle public, lui lance un signe de la main certes sobre, mais révélateur d'une grande reconnaissance.

 

 

Tom Mc Rae

Mercredi 24 Mars 2010, Cirque Royal - Bruxelles.

 


Publié dans Concerts | Commentaires (0) | 19:55 |  Facebook | | Tags : tom mc rae | Lien permanent

07/03/2010

Dernières écoutes - Tom McRae - The Alphabet of Hurricanes

tom_mcrae_alphabet_of_hurricanes


Artiste provenant de l'Angleterre la plus reculée, Tom McRae a marqué la dernière décennie par son univers folk très personnel. Le monde de Tom n'a, à proprement parler, rien de réjouissant. Il est plutôt fait de pluie, de larmes, et d'un sentiment de tristesse abyssal. Aujourd'hui, celui qui carbure au rythme d'un album tous les deux ans nous présente son cinquième enfant, intitulé "The Alphabet of Hurricanes". McRae n'a jamais cherché à faire évoluer son style dans une autre direction, préférant explorer cette terre avec encore et toujours plus de profondeur. On sait très bien à quoi s'attendre en plaçant le CD dans la platine, mais là où beaucoup d'artistes se perdraient dans l'écho de ce qu'ils ont déjà produit, McRae réussit la performance de nous tenir en haleine jusqu'à la dernière seconde.

Les chansons semblent être triées sur le volet, de sorte que seules les plus addictives méritent de figurer sur l'album. De plus, McRae ne se contente pas de gratter une guitare ni de souffler dans une trompette, mais jouit de toute une panoplie d'instruments à corde et à vents. Yukulélé sur la plage d'ouverture "Still love you", Violoncelle et clarinette sur "Won't lie", piano et harpe sur le merveilleux "Out of the walls", etc. L'univers McRae s'articule autour d'une orchestration variée, à laquelle il convient d'ajouter sa voix tragique et tremblante, unique entre mille.

Musicalement, c'est posé et harmonieux. Et subjectivement, les émotions sont tout aussi multiples. On passe par le doute, le désarroi, le frisson, parfois même l'exaltation sur des titres comme "Please" ou "Me and Sicison". En peu de mots, le résultat est à la hauteur des espérances. Tom McRae nous prouve une nouvelle fois que malgré le peu de reconnaissance dont il bénéficie, le monde du folk indie a encore de beaux jours devant lui.


Tom McRae

The Alphabet of Hurricanes

tarif : 8/10

 

 

Ecoutez:


Out of the walls

Please

 

Redécouvrez:

 

Walking to Hawaii

You only disappear

 

 

Tom McRae sera en concert à l'Orangerie du Botanique (Bruxelles) le mercredi 24 mars 2010.

04/03/2010

Dernières écoutes - The Drums - Summertime!

thedrumssummertime300

 

 

Mais d'où sortent-ils, ces "tambours" ?


The Drums sont originaires de Floride, mais installés à New York. Au travers de leurs musique insouciante, on devine une bande de jeunes bien dans leur peau, qui tapent la compo pour s'amuser avant tout. Leur pied, c'est le Pop Rock bien ... british, certes simpliste, mais aussi pétillant qu'une bouteille de soda à peine sortie d'un rotor de machine à laver (ne faites pas ça chez vous les enfants).

 

Dépourvues de modernisme et d'électronique, leurs mélodies sont supportées par une ligne de basse dansante et une guitare électrique très lisse, qui distribue des riffs de 4 accords au plus. La batterie est légère mais énergique. Vocalement, on sent que la puberté n'est pas très éloignée, et le léger écho qui affuble le chant est un cachet bien typique du rock post-punk des années New Wave. Cet album a vraiment le goût d'un 33tours craquelé de 1980, on devine sans peine les influences de groupes tels The Smiths, Housemartins, ou peut-être même des tout premiers albums de Duran Duran ou Spandau Ballet.

 

S'ils sont loin de mériter le statut de génie musical, on leur reconnait tout de même le talent de prodiguer un grand bol d'air aux têtes engourdies par un excès de punk. Les deux titres phares de cet album, Let's Go Surfing et Submarine, sont autant d'OVNI dans les playlists du moment. Pour le dire plus simplement, c'est trop d'la balle !

 

S'ils parviennent à maintenir le rythme, The Drums feront sans nulle doute parler d'eux dans les prochains mois.

 

 

The Drums

Summertime!

Tarif : 7/10

 

 

Ecoutez:

 

Let's go Surfing

Submarine