25/06/2010

Dernières écoutes - Deftones - Diamond Eyes

Deftones-Dimaond eyes

 

 

En matière de découverte musicale, une des premières règles à assimiler est qu'au sein d'un même style, tout ne se vaut pas. Prenez par exemple le metal. Les rétissants considèrent qu'il ne s'agit que de hurlements et distorsions qui, musicalement, ont autant d'intérêt qu'une interminable symphonie en jouée par un orchestre de vuvuzelas. La vérité, c'est que si l'on parvient à outrepasser ces premières considérations, il existe une poignée de groupes très intéressants à sortir du lot. Deftones fait partie de ceux-là.

 

Alliant avec brio guitares cracheuses et mélodies affectives, le style Deftones a quelque chose de très poignant. Leurs albums témoignent tous de cette capacité à faire ressortir des émotions parfois tendres, d'une musique de prime abord lourde et dûre. La griffe du groupe restant plus que jamais la voix de Chino Moreno, sans doute une des plus sensuelles du circuit metal.

 

Sorti il y a (déjà) 4 ans, leur dernier album "Saturday Night Wrist" était un exemple frappant de ce mélange efficace. Alternant les morceaux incisifs et les balades passionnelles, son style était parfait d'une touche électronique suffisante et adéquate, faisant de l'ensemble une réussite, à placer dans la lignée des opus précédents.

 

Sur Diamond Eyes, les Californiens ne renouvellent pas ce qui fait leur succès depuis quinze ans maintenant. Certes, le style perdure, mais si ce n'est une pochette très "chouette" et pleine de prestance, l'originalité fait cette fois cruellement défaut. La première partie de l'album est très metalleuse. Exit les appuis électroniques, et exit toute saveur. Les guitares semblent plus ramassées qu'à l'habitude. Les titres s'enchainent et se ressemblent entre eux, comme ils ressemblent déjà à des dizaines d'autres parsemés sur les albums précédents. Mais aucun n'est assez armé que pour figurer sur un éventuel Best Of au milieu des épiques My Own Summer ou Minerva. La seconde partie de l'album est plus calme, et plus encourageante. On retrouve de charmantes balades dont le groupe a le secret, parmi lesquelles la très plaisante Sextape. Mais cela ne parvient hélas pas à rattraper un début d'album très balourd, et empreint d'une forte monotonie.

 

Si vous aimez Deftones, vous apprécierez Diamond Eyes, sans toutefois le propulser au firmament de vos préférences. Si vous ne connaissez pas le groupe, et souhaitez le découvrir, je vous suggère de commencer par les anciens albums.

 

 

Deftones

Diamond Eyes

Tarif: 4/10

 

 

Ecoutez:

 

Sextape

Risk

976-Evil

 

 

Deftones seront en concert ce dimanche au Rock-A-Field Festival de Luxembourg.

13/06/2010

Dernières écoutes - Beach House - Teen Dream

beach-house-teen-dream

 

 

Originaire de Baltimore, le duo Beach House nous propose une musique émotionnellement située à mi chemin entre Grizzly Bear et The xx. Sorti cette année, leur troisième album Teen Dream est fait de pop indie plutôt calme, au rythme très carré, où les mélodies sont chargées d'une espèce de torpeur hypnotique. On imagine que la majorité des sons sortent de machines, et que ce soit sur scène ou en studio, il ne doit guère y avoir plus qu'une guitare ou une basse comme instrument "direct". Mais de cette simplicité instrumentale naît parfois une véritable atmosphère cérémoniale, renforcée par des sons alanguissants et une voix androgyne guère éloignée de celle d'Annie Lennox. Bien que le style soit électronique, son ambiance s'imprègne du rock psychédélique américain des années 60 et 70.

 

Cet album est surprenant à plus d'un titre. De prime abord, il pourrait paraître terne et simpliste. Mais dès les deux premières plages, légèrement larmoyantes, s'installe une accroche équivoque, dont on ne sait deviner si elle est de nature allègre ou cafardeuse. Ainsi, des titres comme Norway et Walk in the Park débutent dans le marasme le plus complet, avant que le refrain n'apporte une soudaine et vibrante éclaircie. Ce perturbant fil conducteur demeure jusque la fin de l'album, plus enjouée que sa genèse. Ainsi, même si la cadence reste tempérée du début à la fin, l'ennui n'est jamais au rendez-vous. Teen Dream nous aura transporté dans un agréable macrocosme où il fait bon rêvasser.



Beach House

Teen Dream

Tarif: 7/10


beach house duo


Ecoutez:


Norway

Walk in the Park

Lover of Mine

 

Dernières écoutes - Midlake - The Courage of Others

midlake_courageofothers


 

Midlake est un de ces groupes qui parviennent à insuffler aux plus jeunes une idée de ce qu'était l'atmosphère musicale dans l'outre-atlantique des années septante. Avec d'autres groupes comme The Besnard Lake ou les Fleet Foxes, ils sont de ce mouvement de rock classique lancé il y a une paire d'années, qui offre une seconde vie à l'ambiance Flower Power. Celle-là même que l'on croyait définitivement occise par la vague punk, enterrée par le disco et le metal, et effacée de l'histoire par la musique électronique. A l'aube de cette nouvelle décennie, s'il ne chamboule pas complètement le rock d'aujourd'hui, ce Revival le purifie néanmoins. C'est un retour aux sources, vers un rock calme et ensoleillé, offrant des accords de voix et des arpèges de guitare plus que de coutume. Une musique qui ouvre portes et fenêtres, qui aère les greniers poussiéreux, et dont l'écoute nous transporte vers de vastes plaines vierges de toute activité humaine.

Troisième album des Texans de Midlake, The Courage of Others démontre leur science du style. Sans jamais nous propulser au dessus des nuages, les mélodies parviennent toutefois à nous faire planer à quelques dizaines de mètres au dessus du sol, quarante minutes durant. Certes monotone, la voix se lisse comme dans un rêve, complétant l'ensemble d'une légère touche mystique. C'est un album très au point, qui s'adresse aux vingtenaires comme aux sexagénaires. L'écoute de The Courage of Others doit toutefois bénéficier d'un contexte favorable, afin d'éviter tout risque de le trouver assoupissant.


Midlake

The Courage of Others

Tarif : 7/10

 

 

Ecoutez

 

Winter Dies

The Courage of Others

 

 

Midlake se produira au Rock Werchter Festival le jeudi 1er Juillet, sous la pyramide Marquee.

 

Publié dans Dernières écoutes | Commentaires (0) | 10:39 |  Facebook | | Tags : midlake | Lien permanent

06/06/2010

Dernières écoutes - Faithless - The Dance

Faithless-The-Dance


Créé dans la mouvance du Trip Hop britannique, la quatuor Faithless doit toutefois sa notoriété à la vague eurodance des années 90, qui leur avait alors permis de placer sur les ondes leur hymne Insomnia. Mais au delà du beat de discothèque et des mélodies accrocheuses, Faithless se sert généralement beaucoup dans le Hip Hop cher à Maxi Jazz, leur leader vocal, un cinquantenaire dont la seule vue inspire sagesse et charisme. C'est sa voix et son flow qui, bien souvent, apporte de la profondeur aux sonorités électro-industrielles de ses compères Rollo et Sister Bliss, et leur permet de traverser les générations sans s'alourdir de rides.

Tout qui aime Faithless pour ce côté Trip Hop risque toutefois de rester sur sa faim avec ce nouvel opus dûment intitulé The Dance. Les sons électro prennent largement le dessus sur l'aspect jazzy et rap qui caractérisait ses prédécesseurs, formant ainsi une galette dédicacée aux clubs, tandis que la présence de Maxi Jazz se fait moins ressentir. Si la qualité est toujours de mise, cette aspiration élargit l'accroche Faithless au grand public, et il suffirait que certains titres comme Feel me ou Sun to me soit diffusés à foison sur des médias de masse, pour en faire des hymnes de stades de foot ou de rassemblements tuning. Ce qui nuirait fortement à l'image du groupe, et pourrait rebuter les fans de la première heure.

Heureusement, l'album ne consiste pas en une suite de tubes dance, les titres Crazy Bal'heads et Scandalous apportant une touche de dépaysement, ensoleillée pour l'un, underground pour l'autre. Hormis ceux-là, le tout baigne dans un esprit club discothèque qui désappointera les amateurs du style Maxi Jazz. Quand aux amoureux de Sister Bliss, ils seront sans doute ravis.

The Dance est donc un très bon album de dance, mais un album moyen pour Faithless.



Faithless

The Dance

Tarif : 5.5/10


Ecoutez


Not going home

Sun to me

 

Faithless sera en concert sur la scène principale du Rock Werchter Festival le jeudi 1er juillet.