28/07/2010

Dernières écoutes - Piano Magic - Ovations

 

piano-magic-ovations.jpg

 


Dans ma longue liste d'albums à écouter, j'ai pioché ce soir Ovations, du groupe Piano Magic. D'origine londonienne, cette formation discrète existe pourtant depuis presque quinze ans. Sorti fin 2009, Ovations se trouve être leur 5e album. Dans l'ensemble, Piano Magic impose un style Post Rock aux influences cold wave. Je comprendrais que cette phrase n'inspire qu'incompréhension auprès des plus initiés d'entre vous, mais prenez la peine de lire ce qui suit, et vous comprendrez...


D'emblée, l'album prend une tournure profonde et intense. C'est noir comme Massive Attack, et poussif comme Archive. Cet aspect dramatique se voit accentué par une voix grave, au timbre proche de ceux de Bryan Ferry (Roxy Music) et Bryan Sumner (New Order). Le mélange est réussi, puisque j'ai été scotché dès la première plage, "The Nightmare Goes On".


Ensuite, l'album alterne les changements de style avec brio, se voulant tantôt tendre et tantôt plus dur. La musicalité varie également ; le groupe peut passer d'instruments à cordes ou à vent de tout type, à une base électronique relativement simpliste. Ainsi, les violons intensifient le ton oriental sur le second titre "March of the Atheists", et les rythmes électroniques de type industriel s'emparent du troisième "On Edge". Plus loin, "The Blue Hour" n'est pas sans rappeler les rythmes lourds et acérés que l'on retrouve sur Pornography, l'album culte de The Cure, les maîtres du genre. Cette influence Robert-Smithienne se précise plus loin, sur "The Faint Horizon", où la base batterie-guitare nous replonge dans l'univers cold wave de Cure et New Order.


La noirceur reste de mise du début à la fin, mais cette multi-instrumentalisation forme un ensemble fort varié, qui nous emmène dans les différentes facettes de l'univers post rock. L'album s'écoute d'une traite, chaque plage appelant notre curiosité quant à la nature de celle qui suivra. Vraiment cet album est une démonstration, qui me donne envie de m'intéresser au reste de la discographie de ce groupe mystérieux !




Piano Magic

Ovations

Tarif : 8/10



Ecoutez :



The Nightmare Goes On

On Edge

The Faint Horizon

25/07/2010

Dernières écoutes - Dum Dum Girls - I Will Be

Dum Dum Girls I Will Be.jpg

 

Quatuor 100% féminin, formé autour d'une chanteuse compositrice surnommée Dee Dee, les Dum Dum Girls sont un de mes coups de coeur de cette année 2010. Contre toute attente, leur nom fantaisiste n'est pas inspirée de la chanson de Talk Talk qui porte le même nom, mais d'une autre d'Iggy Pop, intitulée Dum Dum Boys.

 

Sur I Will Be, leur premier album, les filles distillent un rock garage simple, mais efficace. Emprunté au style Rockabilly, le rythme est carré, vigoureux. Viennent s'y greffe des partitions de guitare très crues, parfois trash, tandis que les accords de voix apportent à l'ensemble une touche lyrique fort appréciable. Le style pourrait se définir comme "rock gothico-glamour", charmeur et énergique à la fois. Tellement énergique qu'avec ce format de deux minutes par chanson, l'album ne dure qu'une petite demie heure ; on a connu des EP plus longs que ça ... Cela étant dit, nul besoin d'en rajouter, cela suffit amplement à diffuser leur son.

 

Outre le fait d'apporter du sang neuf à une lignée de groupes féminins comprenant, entre autres, Siouxie and the Banshees ou les Breeders, les Dum Dum Girls éclaboussent de leur charme leurs prestations scéniques. Guitare à la main, avec leut tenue noire et leur déhanché certes modéré, mais très sensuel, elles semblent tout droit sorties du clip de Robert Palmer "Addicted to love". Il n'en faut pas plus pour combler notre vue, autant que notre ouïe.


Dum Dum Girls.jpg

 

Dum Dum Girls

I Will Be

Tarif : 7/10

 

 

Ecoutez:

 

 

It Only Takes One Night

I Will Be

22/07/2010

Dernières écoutes - Chemical Brothers - Further

ChemicalBrothersFurther.jpg

Que doit-on encore prouver, à l'aube de célébrer 20 années de carrière parsemées de collaborations multiples, et de tubes dont certains sont devenus de véritables hymnes ? Pas grand chose. Mais doit-on pour autant, pour un nouvel album, se contenter de ressortir du placard de vieilles mélodies, et de sempiternels arrangements rappelant irrémédiablement les albums précédents ?

Ce nouvel opus des Chemical Brothers est ainsi fait : semblable à de la bière démarquée, vendue en supermarché, il ne contient que des fonds de vieux fûts d'une marque plus attractive. Vous n'y trouverez aucune chanson accrocheuse dont ils ont pourtant le secret. En lieu et place, des ritournelles électroniques (trop) longues, qui rendent le disque lassant au bout d'une demi-heure d'écoute. En résumé, cet album est aussi croustillant qu'une croquette de soja réchauffée au micro-ondes. Il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent, si ce n'est une dose d'ennui assez conséquente.

Espérons qu'il ne s'agit là que d'un accident, et non d'une descente en roue libre vers la fin de carrière ... Gageons que dans leur laboratoire, ces grandioses chimistes de l'électro n'ont pas perdu la recette qui a fait d'eux des références intergénérationnelles.


Chemical Brothers

Further

Tarif: 3.5/10

Ecoutez :



Redécouvrez :


Galvanize (2004)



21/07/2010

Dernières écoutes - Kele - The Boxer

 

keletheboxer.jpg


Fort d'une expérience en groupe longue de trois albums, Kele Okereke sort cette année son premier LP en solo. De Bloc Party, on retrouve toute la pêche des morceaux speedés, ainsi que le côté poignant des chansons plus douces. Ce qui change, c'est cette teinte électronique, nappée de sonorités dub qui prennent le pas sur les guitares. Kele fait son Tiga tout en restant dans l'esprit Bloc Party, pour le plus grand bonheur de nos oreilles qui en prennent plein ... la vue.


Si "On the Lam" et "Tenderoni" sont des tubes électro en puissance, il est aussi des chansons plus intenses, plus intimistes, qui nous hérissent les poils. The Boxer est un album on ne peut plus vivant, Kele s'y met véritablement à nu, tout en explorant de nouvelles facettes musicales. Et ce n'est pas une plage d'ouverture empruntée à une marche militaire qui changera la donne : le résultat d'ensemble est impeccable.



Kele

The Boxer

Tarif: 7.5/10


Ecoutez: