26/10/2010

Birdpen @ Le Tipi (Liège), dimanche 24 octobre 2010

Photo-0011.jpg

 

 

Vue de l'extérieur, le Tipi est une petite salle discrète, qui ne paie réellement pas de mine. L'énorme grille de fer qui en garde l'entrée aurait même de quoi décourager les moins curieux. Au-dedans, l'endroit prend des allures de crypte avec ses mornes briques, ses escaliers entortillés, son ambiance tamisée et sa décoration suffisante. Derrière la minuscule scène, où ni barrière ni sorteur ne sépare les artistes de leur public, se dresse un drapeau à l'effigie du groupe de ce soir : un corbeau blanc, juché sur une antenne parabolique grillagée. Le contexte est parfait pour accueillir les anglais de Birdpen, qui en ce dimanche sont venus se perdre dans le quartier bien typique de la rue Roture, à Liège. Méconnu du grand public, ce projet parallèle à Archive n'a toutefois pas de quoi rougir de respect face à leurs grands frères. Dans une acoustique pas toujours parfaite, ils ont offert au Tipi une prestation pleine de classe et de sobriété.

 

Birdpen n'est pas un groupe qui joue avant tout pour son cachet. Telle évidence ne tient pas seulement dans les dix euro demandés à l'entrée, ni dans la capacité de la salle, guère plus spacieuse que le café d'en face. Cela se remarque surtout dans leur attitude. Tout du long, le chanteur David Penney reste profondément plongé dans son art, et n'interrompt son apnée que pour remercier la foule entre chaque chanson. Si la lead guitar de Mike Bird et la basse... du bassiste se font discrètes en matière de show, on ne reste toutefois pas de marbre devant la jovialité du batteur James Seagull, qui constraste avec le style musical diffusé. Tous les quatre inspirent le naturel et la pondération, qualités indispensables pour parfaire une ambiance intimiste. Ils suffisent également à l'orchestration, qui n'est complétée que par un soupçon de sampling.

 

Si les nuages noirs avaient pris leur congé, laissant au sec les pavés de la rue Roture, le climat du concert était pourtant bien à l'orage. Chargé de mélancolie, le rock de Birdpen peut demeurer calme, et d'un seul coup s'envoler dans une bourrasque poussive. Quelle que soit la lourdeur des décibels, l'intensité dégagée ne faiblit pas d'un beaufort. La musicalité variée et les différents échelons de puissance bannissent la monotonie de la scène, et ce malgré la faible amplitude des changements de rythme - pour ainsi dire inexistants. La voix houleuse de David Penney vient couronner cette remarquable orchestration, qui ne laisse aucune place à la dissonance. Il fallut pourtant quelques titres pour que se dissipe le brouhaha ambiant. Mais au final, même ceux qui devaient leur présence à l'abordabilité de l'entrée, ou à la proximité géographique des lieux, finirent par être convaincus, dès lors que le premier rappel acoustique s'effectuait sans le moindre chuchotement.

 

Outre cette excellente teneur, et au-delà du talent de ce groupe au grand potentiel, cette soirée apportait également la preuve que les meilleurs concerts ne sont pas forcément les plus grandioses. Pour plus d'information, je vous invite à (re)lire la chronique que j'avais faite de leur album ON - OFF - SAFETY - DANGER en début d'année.

 

 

Birdpen 

Le Tipi, Liège

Dimanche 24 octobre 2010 

 

Publié dans Concerts | Commentaires (5) | 21:05 |  Facebook | | Lien permanent

Commentaires

En fait James Livingston Seagull ne fait plus partie du groupe depuis quelques mois.
Le batteur, se soir-là, était Smiley (aussi batteur d'Archive) qui doit justement son surnom à sa jovialité ! ;)

Écrit par : M | 27/10/2010

Répondre à ce commentaire

Mea culpa et merci pour la précision ! :)

Écrit par : Damien | 28/10/2010

Répondre à ce commentaire

Avec plaisir :)

Écrit par : M | 28/10/2010

Répondre à ce commentaire

Et mea culpa pour cette effroyable faute à "se/ce soir-là"

Écrit par : M | 28/10/2010

Répondre à ce commentaire

Je trouve votre article pas très objectif, tout d'abort la discrétion de l'entrée a tout son charme, de plus ce lieux est un très vieux lieu mystique ( Ancien cirque divers) que les nouveaux tenanciés on transformer sans trop toucher au passé.
De plus je trouve que le Tipi a un coté très undergrond comme aucun autre endroit a Liège.
Vous parlé d'une acoustique pas toujours parfaite, pour moi qui fréquente plusieurs lieux, le Tipi est l'endroit qui sonne le mieux a liège, malgré une petite résonnance, on entent clairement que cette sono est calée par un système, ce qui fait que ca sonne.
Birpen vous avez raison une tuerie, super groupe...Pour avoir parlé avec Dan après concert voici ses paroles...meilleur concert de son minitrip en begique...Conclusion merci Birpen, merci Tipi...

Écrit par : Parudo Alfo Esteban | 31/10/2010

Les commentaires sont fermés.