16/11/2010

Alter Bridge @ Atelier, Jeudi 11 Novembre 2010

ABlive.jpg

 

Mouvement musical indissociable du 20e siècle, le rock semble aujourd'hui s'être essoufflé. Les grands médias des années 2000 ne reflètent que les tendances musicales populaires, souvent adressées à un public bourgeonnant. Quant aux mélomanes incompris, ils trouvent leur bonheur dans des styles hybrides, tel le Post Rock ou le Pop Indie. Mais quid du vrai rock? Entre l'afro-commercial "Bling Bling", le genre intellectuelo-dépressif, ou encore la variété folichonne pour ménagères, la scène actuelle garde-t-elle une place pour les distorsions et longs solos de guitare ? Ou bien la lignée directe des Led Zeppelin, Boston ou autres Kansas est-elle sur le point de s'éteindre, aux aurores du 3e millénaire?

 

Pardonnez le faux suspense de cette introduction. Evidemment que non, le rock n'est pas mort. S'il ne brigue plus le sommet des charts, il continue néanmoins de nous fournir régulièrement des groupes de talent qui, à l'époque pas si lointaine de Metallica ou Guns n'Roses, auraient eux aussi connu la gloire, et d'incessantes diffusions de leurs clips vidéo sur MTV. L'un de ces bands, Alter Bridge, se produisait à l'Atelier ce jeudi 11 novembre. Né sur les cendres de Creed, ce groupe de Detroit en a principalement gardé le Line Up, puisqu'on y retrouve le guitariste Mark Tremonti, ainsi que le charismatique chanteur Myles Kennedy.

 

ABlive1.jpgTout autant que les solos de guitare de son compère, la voix de Myles est impressionnante. Elle porte puissamment les mélodies, tout en restant profonde, nette, et dénuée de toute agressivité. Cette dernière remarque s'applique d'ailleurs à l'ensemble du groupe. Le rock est parfois diabolisé à cause de son aspect exagérément purgatif, mêlant hurlemants bestiaux, pogos chaotiques et crowd surfing foireux où les spectateurs risquent de laisser une côte, un oeil, ou quelques dents. Mais Alter Bridge apporte la preuve qu'on peut faire du rock avec ce qu'il faut de sobriété. L'adrénaline est parfaitement dosée d'un bout à l'autre, et l'ambiance peut par moments se faire plus intimiste, lorsque Myles s'empare d'un tabouret et d'une guitare sèche pour, seul sur scène, jouer LA balade sentimentale de leur répertoire. Pour le reste, le groupe aligne ses "tubes" au nombre impressionnant, et fait découvrir son nouvel album au public de l'Atelier, pendant deux heures d'un concert électrique et rempli de classe.

 

Une telle fougue, et surtout un tel professionnalisme, font d'Alter Bridge de dignes héritiers du rock. Avec de tels représentants, ce genre légendaire n'est pas près de rendre son dernier souffle.

 

 

Alter Bridge

Atelier (Luxembourg), Jeudi 11 Novembre 2010.

Publié dans Concerts | Commentaires (0) | 22:10 |  Facebook | | Tags : alter bridge, atelier | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.