08/12/2011

The Drums - Portamento

the drums,portamento,rock,indie

 

Il faut battre le fer tant qu'il est chaud. Cet adage, les Drums l'ont parfaitement compris, en sortant un second album studio à peine plus d'un an après le premier. Bonne politique, puisque malgré leur fougue, le fer de ces fringants New-Yorkais risque de se refroidir très rapidement.

 

Ceux qui auront été conquis par leur premier album éponyme retrouveront sur Portamento un style identique de rock rétro et insouciant, qui prend cette fois une tournure un tantinet plus grise. Musicalement, la recette ne change pas d'un poil ; la batterie distille un rythme vif, d'ailleurs on s'interroge sur les raisons de sa présence, car pour abattre un boulot aussi carré, une boîte à rythme conviendrait parfaitement. Par dessus les percussions, la basse est discrète, et les guitares taquinent toujours autant. Là où ce disque évolue, si ce verbe peut être appliqué, c'est au niveau vocal. Le chanteur Jonathan Pierce ne se contente plus de simplement "poser" sa voix sur les mélodies... et c'est bien dommage. A présent, on peine à distinguer les réels instants de chant des tirades plaintives, parfois dignes de gémissements d'un chipmunk en pleine puberté.

 

La constance musicale qui existe d'un album à l'autre reste valable pour l'entièreté de ce nouvel opus. De la plage d'ouverture, certes non dénuée de charme, à celle de clôture, nul besoin d'avoir l'oreille musicale pour s'apercevoir que d'un titre à l'autre, rien ne change réellement. Il y a bien l'une ou l'autre nuance, légère, mais il ne suffit pas de mettre une rondelle de carotte dans une marmite de bouillon pour en faire un velouté aux légumes. Et donc, la lassitude s'installe bien avant la douzième assiette.

 

D'accord, tout n'est pas fade sur cet album. Et ne crachons pas dans la ... soupe, on avait adoré découvrir les Drums avec "Let's go surfing", il y a deux ans. Mais Portamento est bien plus nuageux que cet unique tube-là, que ce soit dans ce style inaltérable, ce chant corrompu par tant de jérémiades, ou ce déroulement digne du programme TV du dimanche après-midi. Ce second album ressemble déjà à un début de fin pour une formation qui, au-delà de sa jeunesse et ses qualités intrinsèques, semble aujoud'hui plus que jamais devoir son succès au fait de s'être trouvé au bon endroit, au bon moment. Et qui, en se contentant de réciter sa leçon par coeur, ne nous émeut plus. Dans tous les cas, il restera "Let's go surfing".

 

 

The Drums

Portamento

Tarif : 4/10

 

 

Ecoutez:

Book of Revelation

Money

Les commentaires sont fermés.