20/03/2012

The Big Pink @ Atelier, lundi 12 mars 2012

 

the big pink,atelier


Ce lundi, l'Atelier n'accueille pas l'affluence des grands soirs. En se baladant rue de Hollerich, on peut même douter qu'un concert a lieu. Le groupe qui se produit ne démérite pourtant pas, mais le peu de mediatisation dont il bénéficie est sans doute à l'origine du vide que les quelques dizaines de spectateurs découvrent en débarquant dans la salle Luxembourgeoise.


Sur papier, The Big Pink est un duo, formé du musicien arrangeur Milo Cordell, et du chanteur Robbie Furze, qui titille un peu de guitare à l'occasion. Sur scène, il devient un quatuor, au sein duquel ce dernier prend toute la place. Mal rasé, fringues de ville, des yeux que l'on devine plissés derrière des bouts de mèches chaotiques, Furze gratifie ses fans d'une prestation hachée de riffs de guitare et de sautillements irréguliers. Son chant est calqué sur les versions studio de ses chansons, et entre celles-ci, les échangent avec le public se limitent à l'essentiel. Certes, il rappelle que leur dernier album est sorti il y a peu. Il remercie, aussi, la poignée de braves présents ce soir, positivant sur leur nombre en affirmant qu'il est toujours plus agréable de jouer devant un parterre de vrais fans (...). Mais globalement, ses interventions se comptent sur une seule main. Quant aux autres membres du groupe, ils sont aussi discrets que des étagères vides. On devine néanmoins une forte complicité entre Furze et sa batteuse, un garçon manqué à la poigne assurée. Les nombreuses oeillades de son leader, et ses réponses en forme de sourires étoilés, témoignent que ces deux-là doivent fricoter allègrement en back stage



Musicalement, qui dispose des deux albums du groupe ne sera pas surpris. Hormis deux ou trois morceaux, rallongés pour dépasser les 60 minutes de concert, la set list se présente comme un best of version singles. On regrette que des chansons puissantes comme Stay Gold, Rubberneckin, Velvet ou Dominos ne soient pas exploitées à leur potentiel.La patte electro rock lancinante de Furze & cie est pourtant bien propice à la lévitation des semelles, mais ajoutée au peu de partage avec le public, l'interprétation trop carrée manque d'une réelle intensité. Malgré cette copie satisfaisante, The Big Pink reste un groupe au potentiel élevé, à suivre de près dans les années à venir.





The Big Pink @ Atelier Luxembourg, lundi 12 mars 2012.

Publié dans Concerts | Commentaires (0) | 12:20 |  Facebook | | Tags : the big pink, atelier | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.