27/11/2012

Bretón - Other People's Problems

BRETON-Other-Peoples-problem.jpg

 

 

Hé non, il ne s’agit pas du nouvel album de Nolwenn Leroy ! Bretón est un groupe bien anglais, comme son nom ne l’indique pas, dont le style à mille et une facettes a de quoi surprendre. Que ceux qui aiment coller des étiquettes préparent leur tipp-ex !

 

La première partie d’Other people’s problems est clairement orientée vers le Hip Hop - sans toutefois suivre les traces de Manau, au contraire de la chanteuse précitée. Les percussions sèches et samplées, la rythmique carrée et emballante, donnent à la musicalité une tournure bien urbaine.  Les riffs de harpe et de violons apportent quant à eux une touche émotive non fournie par un chant fort brouillé, mais non brouillon, puisque cet effet vient peaufiner le style. A partir de la quatrième plage, l’album prend un virage pop rock assez inattendu. La batterie reprend forme et les guitares gagnent les premiers rangs. La base électronique demeure, ainsi que son niveau de saturation, et les petites notes lyriques qui l’accompagnent. L’album se resitue alors dans le registre, riche et varié, d’un groupe comme We Have Band. Il va même plus loin puisque sur la huitième plage, la dubstep fait son apparition, sur un beat rythmé par des congas. Jusqu’au dernier, les titres suivants ont tous leur propre style, si bien qu’on a davantage l’impression d’avoir affaire à une compilation, plutôt qu’à l’album d’un seul groupe.

 

Other people’s problems adopte un concept musical de poupées russes, où chaque chanson qui arrive réserve sa propre surprise. Mais l’originalité amène le défaut qu’à vouloir toucher à tout, les Londoniens de Bretón n’excellent réellement dans rien. C’est donc un album qui remue la tête et les pieds, sans se révéler révolutionnaire.

 


Bretón

Other People's Problems

Tarif : 6,5/10



Ecoutez:

Edward The Confessor


Les commentaires sont fermés.