19/12/2012

Lescop (éponyme)

lescop-album.jpg

 

 


De son vrai nom Mathieu Peudupin, Lescop est l’OVNI qui cette année, a permis au mouvement cold wave de véritablement se poser sur la planète musicale francophone. Sa griffe mélange la poésie leste et sombre d’Etienne Daho période « La Notte La Notte », et la gravité musicale brute de Joy Division, avec une basse prédominante et un voile en tapis sonore, inspirant l’inconnu. Les guitares, par moments acidulées, jouent un second rôle important, au moment des solos. Quant à la voix de Mathieu, sombre et impassible, elle place l’auditeur dans une position de confortable passivité.

 

D’apparence terne, ce style s’avère en fait très sexy, et n’empêche pas ce premier album d’être éclatant, loin s’en faut. Conduit par l’obsédant single « La forêt », et prolongé par une entêtante « Nuit américaine », il peut toutefois devenir répétitif, surtout lorsque le chant pose la même mélodie d’un morceau à l’autre. Mais Lescop utilise au mieux son orchestration légère, pour construire une suite de titres enivrante, nous emmenant de Tokyo à Paris, ou de Ljubljana à Los Angeles. Il y a dans sa musique quelque chose d’emballant et de narcotique à la fois, qui lui vaut bien le titre de révélation.



Lescop (éponyme)

Tarif : 7,5/10



Ecoutez :

La forêt

Tokyo, la nuit

 

Les commentaires sont fermés.