24/03/2013

David Bowie - The Next Day

David-Bowies-The-Next-Day-001.jpg

 

 

Avec ce nouvel album studio, sorti 46 ans après le premier, David Bowie signe un exploit impensable. La prouesse n’est pas l’album en lui-même ; même s’il approche la septantaine, force est de constater que le mythique Ziggy Stardust a encore de l’énergie à revendre. Le fait est que ce retour aurait pu être le plus attendu de l’année, si toutefois quelqu’un l’avait attendu … car à l’époque de la turbocommunication, Bowie est parvenu à surprendre son monde. Les dizaines de médias spécialisés, les centaines de médias moins spécialisés, les milliers de twittos dans le monde … personne n’était au courant que cette légende vivante du rock allait sortir un nouvel album, dix ans après ses derniers faits d’armes. Et pas un best of, ni une compil de faces B ; un album bien original, et bien vivant. Notons, pour la parenthèse, que la taille de l’exploit va de pair avec la popularité de l’artiste. Si personne n’a parlé du dernier album de Didier Barbelivien, sorti il y a deux semaines, c’est parce que tout le monde s’en fout (et c’est bien légitime).

 

Revenons à la musique, avec The Next Day, qui rien que par sa condition, mérite déjà sa nomination au titre d’OVNI de l’année. Bien qu’il n’ait plus rien à prouver depuis longtemps, le Major Tom n’a pas pris les choses par-dessus la jambe. Tout d’abord, ce disque ne contient ni plus ni moins que 17 titres ; hormis Philippe Katerine et ce pour des raisons propres à son style, qui, aujourd’hui, sort encore des albums avec 17 chansons ? On préférera bien souvent maquiller l’œuvre en « double album » avec 9 chansons sur un CD et 8 sur l’autre (avec pour compléter, une version symphonique, ou simplement instrumentale). Bowie, lui, ose mettre 17 titres sur un seul CD, et ce alors qu’on ne lui demande même pas un single.

 

A force d’étonnement, on oublierait presque de parler contenu. Sur The Next Day, Bowie nous revient avec un rock brut et énergique. Ne cherchez pas l’expérimentation, ce n’est pas à ce vieux singe qu’on va demander de nouvelles grimaces. C’est dans sa propre cour qu’il se refait une jeunesse, et ce qui saute aux oreilles, c’est qu’il se fait rudement plaisir. Et lorsqu’un artiste de cette trempe se lâche, l’effet est automatiquement contagieux. Alors certes, les 17 chansons sont cantonnées à un style pop rock devant beaucoup aux 70s (on ne va tout de même pas le lui reprocher, au vu de son énorme contribution à la musique de cette époque, il ne fait que reprendre ce qui lui appartient). Mais elles se suivent sans forcément se ressembler, ce qui greffe à l’ensemble du disque un large panorama. Mieux : une éloquente richesse.

 

The Next Day est une représentation fraîche d’un style musical mur, mais immortel. On l’écoute une première fois parce que c’est Bowie. On le réécoute tout simplement parce qu’il est bon.

 


David Bowie

The Next Day

Note :



Ecoutez:

Where Are We Now


Les commentaires sont fermés.