30/09/2013

Sexy Sushi - Vous n'allez pas repartir les mains vides ?

COVER_SUSHI.jpg

 

 


Après la cuite vient la gueule de bois, et l’euphorie fait place aux questions existentielles. Sexy Sushi évolue, abordant les sujets de société avec une certaine prise de conscience, aux dépends de cet aspect punko-n’importequoi-esque qui leur réussit pourtant très bien. Si l’orchestration électronique, aussi légère qu’énergique, ne varie pas, rarement les textes de Rebecca Warrior ont été aussi proches du premier degré. Au placard name-dropping et franche vulgarité, et même l’absurde voit son quota se réduire drastiquement. «  Mendiante », « J’aime mon pays », « La bombe » ; autant de titres qui stigmatisent les taches au  tableau de la France postmoderne. « Retour de bâton », charmante et maladroite chanson sur la fragilité amoureuse, flirte carrément avec le consensuel. Autre nouveauté, qui va dans le même sens : la demoiselle au torse nu chante bien plus qu’elle ne parle ou crie. On peut la penser influencée par une naissante sagesse, ou simplement par son travail au sein de son autre duo Mansfield TYA.

 

Le duo electrotrash nantais se fait plus sérieux, sans pour autant atteindre un niveau de sobriété parfaitement indigeste. Il se donne toutefois les moyens de faire de la musique à la fois conceptuelle et tangible, ici plus noire qu’à l’habitude, mais à laquelle manque cruellement son habituel décalage jouissif. A noter l’excellent « mystère des pommes volantes », contant les malheurs d’une famille victime d’un Polthergeist, et directement inspiré d’un épisode de l’émission « Mystères » diffusée sur TF1 au début des années 90. Qui s’en souvient encore trouvera ce morceau génial.

 


Sexy Sushi

Vous n’allez pas repartir les mains vides ?

Note :


 

Ecoutez :

J’aime mon pays

Retour de bâton

Le mystère des pommes volantes

 

Les commentaires sont fermés.