22/10/2014

Kele - Trick

Kele_-_Trick.jpg

 

 

Avec ses potes de Bloc Party, Kele Okereke fait péter rock, gratte et rythme. Quatre albums, dont le brillant Silent Alarm, et son cultissime tube Banquet, dont le seul défaut est cette malhonnête déclinaison en générique de l’émission « Tous Ensemble » sur TF1. Une fois seul, il redevient Kele tout court. Orné de ce simple prénom, un premier album voit le jour en 2010, sur lequel le Liverpuldien d’origine nigériane étale un registre électro aussi surprenant qu’inhabituel. Avec « Trick », ce talentueux personnage s’éloigne encore, et bien comme il faut, de l’électrisante griffe Bloc Party. De quoi, à nouveau, entretenir les rumeurs de séparation autour du quatuor ? Ceci est un autre sujet.

 

Quatre ans après son coming-out électronique, Kele remet donc le couvert, avec ce nouvel album orienté chill. Un terme musical très en vogue en début de siècle, lorsqu’il rythmait afterwork et tintements de verre. Et comme la première fois, Kele parvient à s’approprier un style diffus, et à lui rendre vie et excitation, alors même qu’on le croyait usé. En témoigne la plage d’ouverture, la bien nommée « First Impressions », accompagnée de percussions feutrées, de voix ouatées, et de mélodies destinées à faire bouger les vertèbres cervicales, davantage que les jambes. Plus moite et intime, le titre suivant « Coasting »,  sent déjà la transpiration. On se love entre percussions répétitives et sons qui aspirent à la sensualité, pile poil là où l’auteur souhaitait que l’on se retrouve. L’album gagne ensuite en dimension avec le premier single « Doubt » et (sans doute) le suivant « Closer »,  tandis que ressurgit cette voix unique, qui ne nous manquait que trop. La recette musicale demeure, et agit, jusqu’au dernier morceau, le langoureux « Stay the night ». Notons également, sur certains refrains, l’apparition d’un second timbre, délicieux et davantage féminin.

 

S’il n’a à priori rien d’un album culte, Trick n’en est pas moins un nouveau pari réussi, de la part d’un artiste au talent bien trop minimisé, et qui  prouve qu’Outre-Manche, la multiplication de projets n’est pas l’apanage de Thom Yorke ou Damon Albarn.

 

 

Kele

Trick

Note:  ♪  

 

 

Ecoutez:

Doubt

 

Commentaires

Je suis moins convaincu par celui-ci que par son premier !

Écrit par : dENIS | 01/11/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.