16/09/2011

Beirut @ Ancienne Belgique, mercredi 14 septembre 2011

110914 Beirut AB 003.JPG

 

Pour beaucoup, le nom de Beirut évoque la mélancolie, exprimée par un auteur déchiré, qui puise ses mélodies désolées de diverses influences internationales. Mais le bignou ne fait pas toujours le Breton, et ceux qui étaient venus pour user des Kleenex ont du ravaler leurs larmes. Car le concert fut d'une gaité presque insolite.

 

Devant un fond de scène argenté, et sous un éclairage doux et varié, la troupe de Zach Condon s'est présentée sous son meilleur jour ; les 4 instruments à vent en première ligne, et en retrait, un batteur et un contrebassiste des plus discrets. Trompette à la main, mandoline attachée dans le dos, le leader affichait un enthousiasme peu banal pour un neurasthénique présumé. Sourire permanent aux lèvres, il se perdait en mille et un remerciements, dès que l'occasionse présentait. Car le public de l'AB n'était pas avare d'applaudissements, malgré quelqu'autre défaut que je vous narrerai dans le paragraphe suivant. Pour l'heure, Beirut et ses six membres ont offert un récital remarquablement orchestré, au sein duquel se trouvait un "Nantes" version Bossa Nove, voire même légèrement twisté. On pourrait, mais à peine, reprocher au natif de Santa Fe de n'avoir accompagné son ambition du geste, affichant une certaine retenue tout du long. Si sur album, Beirut possède le don de nous emmener dans des contrées lointaines, le bus de ce mercredi manquait d'essence pour un si long voyage.

 

Le style de Beirut attire une large palette de spectateurs, des jeunes bohèmes à l'esprit léger, aux petits bobos à la rechercher d'un paraître dans le vent du moment. En passant par ceux qui viennent pour raconter leur vie. Pendant tout le concert. A voix haute. Vous empêchant, indirectement, de plonger dans la brise harmonique qui émane de la scène. Ces gens, qui méritent leur place sur le podium des "personnes que l'on giflerait allègrement si l'on manquait de retenue" étaient hélàs venus en nombre. Impossible, donc, de s'imprégner totalement des ritournelles de Zach. Et frustration, à l'heure de quitter la salle. Je leur signalerai qu'à gauche du devant de scène se trouve deux portes battantes, derrière lesquelles un bar les attend, ainsi qu'un somptueux et confortable canapé circulaire. En plus, on y entend très bien le concert. Et ne me remerciez pas !

 

 

Beirut

Ancienne Belgique, Bruxelles

Mercredi 14 septembre 2011.

20/12/2010

The Drums @ Ancienne Belgique, Jeudi 16 décembre 2010

101216 The Drums, AB 028.JPG

 

Ce jeudi, les fringants Drums ont offert le strict minimum au public de l'Ancienne Belgique.


Le strict minimum au niveau de l'éclairage sur scène, minimaliste, alors que le contexte musical se prêtait plus à la fête tout en lumière, plutôt qu'à l'obscurité intimiste. Le public n'y voyait parfois goutte, y compris dans les premières rangées. On aurait pu croire à un engouement écologique, ou plus facilement à un problème technique.


Le strict minimum en matière de communication avec le public, qui se limita à quelques "bonjour", "merci" et "aurevoir". Hormis ces pauvres manifestations orales et malgré leur sympathie apparente, la spontanéité fut inexistante, les quatre New Yorkais enchaînant leurs morceaux sur scène comme sur une plateforme de montage à la chaine.


Le strict minimum concernant le show. Seul le chanteur Jonathan Pierce se dandinait allègrement, apportant quelque peu de fraîcheur à un spectacle musicalement engourdi. Quant au guitariste, il feignait de danser le tango avec son instrument, de façon relativement saugrenue. Les deux autres membres se firent fort discrets.


Le strict minimum, enfin, quant à l'aspect purement musical. Si leur rock n'roll revisité se pourfend d'un style dynamique, on se lasse pourtant rapidement, à force d'entendre les deux mêmes notes de basse, et de voir le guitariste gratter les deux mêmes cordes de sa lead guitar.


Seules les vingt premières minutes de ce concert furent emballantes, ce qui en aurait fait une bonne première partie. Les cinquante suivantes furent rébarbatives à souhait, d'autant qu'ils avaient eu la mauvaise idée de placer leurs deux tubes, Let's go surfing et Submarine, en tête de play list. Le show lisse, sans moyens et improvisé, ainsi que leur look caricatural de jeunes collégiens branchés du 20e siècle, complétèrent l'allure "bal de promo" de cette banale prestation.

 

 

The Drums

Ancienne Belgique (Bruxelles), Jeudi 16 Décembre 2010.

 

06/10/2010

MGMT @ Ancienne Belgique, dimanche 3 octobre 2010

mgmt_live.jpg

 


MGMT plait-il vraiment autant qu'il attise la curiosité ? Cette question reste plus que jamais posée après leur prestation de ce 3 octobre à l'Ancienne Belgique. Car bien que marqué au fer blanc du sigle "à ne pas rater", ce concert n'avait, en soi, rien d'exceptionnel. On pourrait le définir, simplement, comme un récital de rock alternatif amèrement inachevé.

 

Musicalement au point, les New-Yorkais distillèrent un rock certes aéré, mais qui ne parvint jamais à décoller, pour de multiples raisons. Un jeu de scène relativement statique, une présence vocale très discrète. Un cruel manque de spontanéité dans l'interprétation des morceaux, digne d'une écoute sur platine. Un enchaînement complètement absent, chaque chanson étant séparée de la suivante par une salve de cris et applaudissements soutenus, dont on peut mettre la légitimité en doute au vu du résultat final. L'absence totale de surprises, ou de moments de vraie émotion, tout au long d'une prestation certes avenante, mais ne réussissant pas à créer un fil conducteur, sorte de haricot géant qui aurait permis aux spectateurs de grimper jusqu'à l'état de lévitation. Et que penser de l'interprétation du tube Kids, avec cette scène vide des musiciens et cette bande instrumentale tournant en fond sonore ... n'ayons pas peur des mots, ce genre de live est bon pour Bernard Minet. On est en droit d'attendre mieux d'un groupe qui remplit l'AB en moins d'un quart d'heure.

 

Pour celles et ceux qui n'en attendaient rien de spécial, ce concert fut certainement sympathique, et divertissant. Quant aux autres, amateurs de bonnes sensations musicales, ils n'ont pu que ressortir déçus. A moins d'avoir eu le gosier partiellement étanché grâce à la première partie, assurée avec brio par les Dum Dum Girls.

 

MGMT @ Ancienne Belgique, dimanche 3 octobre 2010.

 

Publié dans Concerts | Commentaires (0) | 00:24 |  Facebook | | Tags : mgmt, ancienne belgique | Lien permanent