10/09/2010

Arcade Fire - The Suburbs

arcade-fire-the-suburbs.jpg

 

Plus que tout autre groupe, Arcade Fire fait l'objet d'une omertà imposée par la critique rock intellectuelle. Ce n'est pas pour rien si les "Inrockuptibles", magazine renommé s'il en est, ont désigné "Funeral", le premier opus des Québécois sorti en 2004, comme meilleure album de la dernière décennie. C'était dans leur édition spéciale "Les 100 meilleurs albums des années 2000", classement qui, soit dit en passant, comprenait également des galettes de Diam's ou Booba... veuillez traduire ces points de suspension par une adéquate quinte de toux.

 

Arcade Fire est au rock ce que les frères Dardenne sont au cinéma : vous avez le droit de ne pas aimer, mais dites-le en public et vous passerez pour un inculte, voire un demeuré. De même, cette parole osée altèrera la valeur de vos jugements à venir auprès de ceux qui vous auront entendu. Car depuis ce fameux Funeral, il ne fait pas bon parler en mal d'Arcade Fire. Me positionnant loin de cette aristocratie vindicative, c'est avec mes oreilles de simple amateur de bonne musique que j'ai écouté avec attention leur dernier album, The Suburbs. Car au-delà de toutes ces considérations subjectives, Arcade Fire n'en est pas moins un groupe marquant, et talentueux.

 

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les Montréalais aiment le travail bien fait. On sent que cet album est peaufiné jusqu'au moindre détail. Et avec 16 chansons sur la playlist, on pourrait voir là un véritable Best Of. Vaste est la musicalité, varié est le rythme, profondes sont les compositions. Nous avons affaire à un authentique récital de rock indépendant. Ni la seconde, ni la troisième écoute, ne m'ont permis de déceler un défaut, quelque chose qui ne collait pas à l'ensemble.


Si la structure est étincelante, la finition en devient cependant trop lisse. The Suburbs est un excellent album, certes, mais à ce point verni, lustré, et présenté sous son meilleur jour, qu'il ne provoque aucune surprise d'un titre à l'autre. Il pourra, par moments, nous faire décoller, sans toutefois parvenir à nous catapulter au dessus des nuages. Finalement, c'est comme sortir avec une fille de rêve : on s'attend tellement à la perfection, qu'on ne peut qu'être déçu. A la longue, ça en deviendrait presque ennuyeux.

 

Arcade Fire

The Suburbs

Tarif: 7/10


Ecoutez

 

We used to wait

The Suburbs

Modern Man

Rococo