19/11/2012

Birdpen - Global Lows

Birdpen_global_lows.jpg

 

 

 

Dave Penney est un artiste à la carrière atypique. Chanteur d’Archive, collectif référence du rock progressif anglais depuis plus de dix ans, il est aussi le leader de la formation Birdpen, dont la renommée est bien plus timide. Dans les faits, Dave « Pen » fonde Birdpen en 2003 avec son compère Mike Bird - « Bird » et « Pen » qui fondent « Birdpen », admirez la subtilité. Ce n’est qu’un an plus tard qu’il est invité à devenir membre perpétuel d’Archive. Aujourd’hui, il alterne les tournées avec l’un puis l’autre, pouvant ainsi jouer un soir au « Belvédère » de Namur devant une petite centaine de personnes, et deux mois plus tard, assurer la tête d’affiche de « Rock en Seine » devant des milliers de festivaliers.

 

Si on ne présente plus Archive, il est toujours utile de parler de Birdpen, tant ces derniers taquinent qualitativement les premiers. A l’oreille, les similitudes sont flagrantes ; la voix est bien sûr identique, mais les deux formations occupent également la même case musicale, celle d’un rock alternatif intense et surprenant, influencé par Pink Floyd et Massive Attack. Birdpen se distingue néanmoins par une moindre présence de sons et effets électroniques, mais globalement, il n’y a aucune raison d’apprécier l’un et pas l’autre. Il est même fort probable que sous un label plus imposant, le groupe fondé par Penney remplirait les mêmes salles que celui dont il n’est « que » l’invité permanent. Mais est-ce réellement le but recherché ? On peut en douter.

 

Avec Global Lows, Penney et son groupe « shadow » confirment les excellentes impressions laissées il y a trois ans par le très encourageant « On Off Safety Danger ». Intense et tourmenté, ce second opus se pose entre rock et post rock, gardant l’accessibilité du premier, et gagnant la profondeur du second. Les mélodies sont poignantes et accrocheuses, et de légères doses de minimalisme y sont efficacement distillées. Et dans ce contexte où le risque est grand de plonger dans l’excès de sanglots ou d’hurlements, la voix de Dave Pen se pose divinement sur sa musique. Il y a de ces chansons dont le trouble nous attache véritablement au fauteuil, comme « Saver Destroyer », ou le splendide « Nature Regulate ». D’autres comme « Sorrow », et son intro aux violons, ont davantage une saveur de pop rock mélo. Mais quelque soit son genre, chaque titre s’accroche aux tympans, et ne s’en détache que très difficilement.


On a rarement vu un deuxième album aussi bon, succéder à un premier qui déjà, atteignait un certain niveau. On a rarement vu un groupe aussi talentueux se contenter d’une popularité si légère. Ils seront de passage chez nous en cette fin d’année, à Bruxelles le 20/12 et à Liège (Chênée) le 21/12. Je ne saurais vraiment trop vous conseiller d’aller les voir.  

 


Birdpen

Global lows

Tarif : 8.5/10


 

Ecoutez :

Nature Regulate

Saver Destroyer

Sorrow