30/04/2011

The Subs - Decontrol

the-subs-decontrol.jpg

 

Il n'a fallu qu'un album aux Subs pour devenir un des bands les plus plébiscités du mouvement electropunk. Pour ce trio déjanté, originaire du nord de la Belgique, est venue l'heure de la confirmation.

 

Sur scène, les Subs offrent une prestation explosive, où cris et basses déclenchent un orage d'adrénaline au dessus des têtes. Figure peinturlurée, vêtu de façon excentrique, le leader "vocaliste" Papillon invective le public, grimpe sur les baffles, escalade les balcons, et marche sur ce même public comme Criss Angel sur l'eau. Ce type est un frappadingue hypéractif. Cette intarissable énergie, déployée pour faire de chaque concert une liesse, est peu évidente à retranscrire sur support laser. De ce côté, si le premier album ne lissait paraître de décalage manifeste, Decontrol dégage une atmosphère bien moins ardente qu'un live.

 

Il s'ouvre sur un single bien conventionnel pour de l'électro rock, duquel émanent des relents de Simian Mobile Disco. La suite, c'est une succession de titres dans un pur style House, où le groupe fait montre de beaucoup d'imagination, en alternant les rythmes et les sons. A certains moments, ce nouvel opus nous parachute en plein festival, et on en sentirait presque la typique humidité ambiante sur le front. A d'autres, il ricoche près du sol, s'assimilant dangereusement à une compil Serious Beats perdue quelque part dans les années 90/2000. Dans l'ensemble, on regrette l'absence de l'un ou l'autre titre véritablement purgatif, de ceux qui, comme sur leur première galette, nous donnaient l'impression d'être secoué de haut en bas comme une boule de flipper - cette allusion à Corinne Charby étant totalement impromptue, puisqu'aucunement contextuelle.

 

A propos de contexte, celui qui glisse un CD des Subs sur sa platine sait très bien ce qu'il attend... et ce qui l'attend. Une séance d'éclate pure et simple, à l'ouest du quotidien et de son frigo à remplir, ses pneus été à chausser et son prix du tabac qui augmente. C'est pourquoi, avant toute chose, Decontrol s'écoute sans réfléchir. Et là, on peut dire que c'est carrément bon, quitte à décrédibiliser la présente chronique.

 

The Subs

Decontrol

Tarif: 6.5/10

 

Ecoutez:

The face of the planet

The hype