17/09/2012

Dry the River - Shallow Bed

dry the river shallow bed.jpg

 

 

Encore un groupe de rock folk ! Leur nom, leur style, la pochette de ce premier album, donnent aussitôt l’image d’un groupe formé au bord d’un ruisseau parfumé de brise, sous un arbre à écorce écaillée où ils auraient répété leurs premiers morceaux, au milieu des fougères, cailloux et des oisillons. Mais que l’écoute de cet album ne laisse pas vos désirs d’évasion influer sur vos impressions… Dry the River provient de Statford, en plein cœur des quartiers est-londoniens.  

 

Shallow Bed présente tous les ingrédients classiques du folk indé : une musicalité riche, des rythmes capricieux, des mélodies émouvantes et organiques, jouées par un ensemble orchestral très acoustique. Le quintet, puisque c’en est un, use à foison d’instruments à corde et à vent. Ce n’est là rien de bien neuf ; ces Anglais ne sont pas les premiers, ni les deuxièmes, à faire revivre cette griffe très roots. Mais par rapport à des groupes comme Midlake, Fleet Foxes ou Siskiyou, Le petit « plus » apporté par Dry the River consiste en un chant dominant et gonflé de tragique. Une voix à la fois chaleureuse et déchirante, qui n’est pas sans rappeler celle de Jamie Stewart du groupe Xiu Xiu, dans un style musical certes tout à fait différent. Parlant de style musical, on retrouve également sur Shallow Bed une savoureuse touche bohème comparable à du Beirut, tandis qu’à d’autres moments, l’album adopte une coloration country. Voilà pourquoi il mérite votre intérêt : le riz et le poisson existent depuis l’aube des temps, reproche-t-on pour autant à l’inventeur des sushi de manquer d’imagination ?

 

 

Dry the River

Shallow Bed

Tarif : 7/10



Ecoutez :

No Rest

Shield your eyes