21/12/2011

Suivez le fil - Kurt Vile, Bombay Bicycle Club, Evaline

La fin de l'année approche, et avec elle l'écoute, certes un peu tardive, d'albums à côté desquels je ne pouvais passer cette année. En voici trois, dont j'estime qu'ils valaient la peine de s'y intéresser un peu, beaucoup.



Kurt Vile - Smoke ring for my halo

 

kurt vile,bombay bicycle club,evaline,rock,indie,alternatif

"Smoke ring for my halo" a tout d'un album ennuyeux. Une voix flegmatique, une orchestration peu variée, un rythme qui ne décolle pas. C'est l'exemple typique du disque à raser le peuple, mais qui ravit les puristes incompris, dont beaucoup ne comprennent pas pourquoi ils aiment. Peut-être parce que les créations de Kurt Vile diffusent comme une odeur sacrée, celle de Bob Dylan, dont le jeune guitariste à longue chevelure ne cache pas s'inspirer. Si ce rock franc et sans artifice nous caresse doucement sans toujours nous atteindre en profondeur, il en émane aussi un certain charme, comme d'une oeuvre où son auteur se met à nu. Le quatrième album de ce natif de Philadelphie sera d'autant plus agréable à écouter dans un contexte de silence absolu, sans aucune interférence.

 

 

Tarif : 6/10

Ecoutez : Jesus Fever

 

 

 

Bombay Bicycle Club - A Different Kind of Fix

 

kurt vile,bombay bicycle club,evaline,rock,indie,alternatifFidèles à l'indie rock depuis leurs débuts, les Londoniens de Bombay Bicycle Club n'en sont pas les représentants les plus renommés. A suivre leur évolution, ils ne déméritent pourtant pas. Musicalement plus fourni que le précédent, ce troisième album allie la sobriété à l'efficacité, dans un style rock folk grisant et aéré. Tout en respectant une atmosphère d'ensemble, les chansons qui le composent ne sont pas de celles qui se répètent. Que le rythme soit vif ou pondéré, avec plus ou moins de présence guitaristique, chaque titre possède son potentiel de séduction. Ce qui ne change pas, c'est la voix, sincère et affective, de Jack Steadman, qui distille des émotions sans toutefois en faire de trop. A different kind of fix est un album entêtant comme on les aime. Nul besoin de se le repasser dix fois pour l'apprivoiser ; les mélodies trottent en tête, et les refrains vous accrochent, dès la première écoute.

 

Tarif : 7.5/10

Ecoutez : Lights Out, Words Gone

 

 

 

 

Evaline - Woven Material

 

kurt vile,bombay bicycle club,evaline,rock,indie,alternatif

Ne vous fiez pas à ce nom digne d'un bracelet entourant le poignet d'un nourrisson. Si les Californiens d'Evaline ont bien la fraicheur du nouveau né, leur style se tourne davantage vers le rock alternatif. Dont acte, Woven Material n'a rien d'un recueil de berceuses. Envolé, orageux, parfois poussif mais sans pour autant se révéler agressif, il est de ces disques dont l'écoute dépoussière les tympans. Le genre qui, en concert, dégage une puissance incomparable, hélas quelque peu limitée sur CD. D'un titre à l'autre, les sons de guitares se diversifient, mais restent omniprésents. La batterie inflige un rythme rapide mais agile, qu'il soit carré, en frisé, avec ou sans contretemps. Des structures imprévisibles, accompagnées d'efficaces changements de rythme, qui ne sont pas sans rappeler Muse à ses débuts. La puissance de cet album, calculée adéquatement pour ne jamais nous taper sur les nerfs, ne s'affaisse pas du début à la fin, à l'image d'une voix incisive et prenante qui s'impose sans avoir besoin de hurler. Woven Material est sans conteste une des excellentes surprise de l'année.

 

Tarif : 7.5/10

Ecoutez : Picking it up