09/04/2013

Frans Schuman - I've No Home

110715.jpg

 

 

Originaire de la Nouvelle Orléans, Frans Schuman est l’archétype du sudiste autoproduit. Celui que l’on imagine sillonner les routes jalonnées de cactus, seulement accompagné de sa guitare, avec sur l’épaule, un baluchon auquel pend un harmonica hérité de son grand-père. Inspiré par Bob Dylan, le pionnier du genre, cet artiste nomade puise également une partie de sa musique dans ses voyages. Il se promène aux quatre coins du monde, et chaque soir, joue sur une scène différente, dans un café spectacle ou un simple bar. Hélas, l’aventure ne paie son homme que dans les contes modernes. Il se doit donc de tremper dans des activités plus « terre-à-terre », moins gratifiantes certes, mais qui lui permettent d’assurer sa survie et celle de ses activités.

 

Pour laisser une trace, autre part que dans les souvenirs de ses rencontres, Frans sort également des albums. Un premier, éponyme, précède celui qui nous occupe aujourd’hui. Le bien nommé« I’ve no home ». Un recueil de balades sincères et authentiques, exclusivement construites autour de sa guitare et son harmonica. Un air intemporel, mais dont l’ancrage en ces terres du nouveau monde ne facilite pas l'exportation. Ainsi, les oreilles aux langues siffleuses compareront cet ouvrage à la bande originale d’une production hollywoodienne oubliée, et fustigeront la monotonie qui s’installe d’un titre à l’autre. Les autres, plus avisées, apprécieront l’originalité des textes, la poésie qui s’en dégage, et parce qu’il s’agit avant tout de perception culturelle différente d’un continent à l’autre, se plongeront totalement dans cet univers des plus dépaysant. Peut-être saisiront-elles l’opportunité de rencontrer leur auteur, lors de sa tournée parisienne. Car si Frans Schuman ne révolutionne pas le blues du yankee, il y apporte néanmoins une appréciable touche personnelle.

 

 

Frans Schuman

I’ve No Home

Note : 


Ecoutez