24/11/2010

Orchestral Manoeuvres in the Dark @ Atelier, Dimanche 21 Novembre 2010

OMD-by_Demessence.jpg

 

 

Trente ans après, que reste-t-il de la New Wave ? L'écransante majorité des groupes éclos après les vagues punk et disco des seventies se sont logiquement éteints. Une poignée de formations, Depeche Mode en tête, sont toujours au top. Puis il y a ceux qui, bien que toujours actifs, semblent ne jamais avoir trouvé la porte de sortie des années 80. Telle image pourrait s'appliquer à O.M.D. Omniprésents dans les charts dès 1980, la notoriété de ces Anglais pâlit à l'aube des années 90. S'en suivit une longue pause, sans doute forcée par le manque d'inspiration. Ainsi rangea-t-on les manoeuvres orchestrales dans le noir, au fond du tiroir à souvenirs. Ce tiroir poussiéreux se rouvrit soudainement à leur reformation, il y a une paire d'années, et une nouvelle tournée les conduisait à l'Atelier ce dimanche 21 Novembre. Est-ce l'annonce d'un nouvel album à paraître, 14 ans après le dernier ? Ou le fait que jamais en 32 ans de carrière, O.M.D n'avait mis les pieds sur une scène luxembourgeoise ? Quoi qu'il en soit, le concert affichait soldout, et rarement l'Atelier avait atteint un tel niveau d'exaltation.

 

La modernité de la prestation fait s'envoler les préjugés restant. Présentée sur deux niveaux, la scène fut le théâtre d'un lightshow complet et millimétré. Aux deux synthétiseurs s'ajoutent une batterie au son très pur, ainsi que la voix intacte du chanteur Andy McCluskey. C'est lui qui s'occupe de faire le show, fourmis dans les mollets et masque de sueur sur le visage. Mais plus que la transpiration, il dégage le naturel, souriant sans cesse, se baissant pour serrer des mains et allant même caresser le crâne rasé du chargé de la sécurité. Musicalement, si le public comptait se voir transporter trente ans en arrière, c'est le contraire qui se produit. Le groupe fait venir à 2010 ses tubes de jadis, qui n'ont soudain plus grand chose de désuet. Mise à jour, l'électropop d'O.M.D a même un sacré goût de fraicheur. Le public apprécie, et le groupe aussi, puisqu'entre chaque chanson, ils prennent quelques secondes pour profiter de l'ovation qui leur est réservée, certes inopinée, mais sûrement pas volée.

 

Si ce concert ne m'a pas conduit dans les méandres les plus reculés de la musique alternative, il ne m'en a pas moins donné une sacrée pêche. J'ai donc, à mon tour, retiré O.M.D du tiroir de l'oubli, pour les placer dans celui des bonnes surprises de l'année.

 

 

Orchestral Manoeuvres in the Dark

Atelier - Luxembourg, Dimanche 21 Novembre 2010.

 

 

 

Publié dans Concerts | Commentaires (0) | 20:33 |  Facebook | | Tags : omd, atelier | Lien permanent