30/09/2014

Allah Las - Worship The Sun

allah_las_worshipcover.jpg

 

Pour un artiste, l’étape du second album est très importante. Vous le savez, à présent que je l’ai pertinemment détaillé dans la chronique précédente. Dans l’hypothèse saugrenue où vous l’auriez manquée, j’y expliquais qu’hormis la question du timing, se pose celle de l’évolution musicale. L’artiste doit se renouveler, sans aller jusqu’à effectuer un virage drastique. Ceci pour la simple raison qu’il n’y a qu’un bovin pour manger chaque jour la même herbe de la même pelouse.

 

Cette question du renouvellement, les Allah-Las ne se la sont visiblement pas encore posée. Sur cette seconde galette, les Californiens s’accrochent à leur low-fi psyché, digne d’une lointaine époque où même les chauves portaient des fleurs dans les cheveux. A croire qu’elle fut composée et enregistrée en même temps que la première, la durée combinée des deux albums pouvant effectivement tenir sur un seul et même CD. Au-delà du style, les titres sortent du même moule en termes de rythme, format et durée, tel issus d’une production à la chaîne, dispensant leur support de la moindre esquisse de surprise.

 

Il m’est dès lors difficile de trouver de nouvelles choses à dire, par rapport à la chronique publiée il y a deux ans, si ce ne sont de nouvelles blagues capillaires, que je préfère garder pour leur troisième album. De fait, ce registre leur convient tellement bien qu’ils pourraient en sortir dix à la suite. Il y a bien un moment où on finira par se lasser.

 

 

Allah Las

Worship The Sun

Note : ♪ 

 

 

Ecoutez:

Had It All

 

18/02/2014

Suuns - Images du Futur

Suuns-Images-Du-Futur.jpg

 

A l’oreille, on définirait volontiers Suuns comme l’homologue satanique de Tame Impala. D’après le titre de ce dernier album, leur vision de futur n’est guère réjouissante, idée confirmée dès son entrée au sein d'une brume chaotique et dépressive.

 

Tout au long d’Images du Futur, les Canadiens alternent caresses et coups de griffe, avec leur Rock ténébreux au rythme lourd et aux guitares acérées. Par endroits plus docile, s’apaisant au fil de son déroulement, l’album flirte parfois avec le psychédélique, sans jamais complètement s’y envoler. Se saisissent aussi au vol d’éparses notes pop qui aèrent l’ensemble. La profondeur imprimée est saisissante, merci aux tapis discrets mais décisifs. Bémols : le flot monocorde de certaines mélodies, et cette voix nasillarde, subissant l’atmosphère plus qu’elle ne la porte, greffent au disque une certaine gêne qui l’empêche de devenir un modèle du genre.

 

 

Suuns

Images du Futur

Note : ♪ 

 

 

 

Ecoutez : 

2020

 

26/06/2013

Junip (éponyme)

Junip-Junip.jpg

 

 

Dans les années 2000, José Gonzalez s’est fait un nom grâce à ses reprises acoustiques personnelles de titres références. Son plus grand succès reste sa plus qu’étonnante version de Heartbeats. De ce tube électro de ses compatriotes de The Knife, Gonzalez a fait une balade désenchantée à vous paralyser les membres et vous exploser les glandes lacrymales. Quelques années plus tard, soit aujourd’hui, cet artiste à la sensibilité peu commune sort le second volet de ses aventures en bande, un album qui porte le nom de son trio : Junip.

 

Ce disque ne fait que confirmer que José a trouvé sa voie dans la musique acoustique. Difficile cependant de greffer sa griffe d’une étiquette bien précise. Il emprunte un peu du folk, un peu du psyché, relève la sauce de sa voix très particulière, levée et placide, pour concocter une musique un peu nomade et apatride. Ni Elias Araya, ni Tobias Winterkorn, ses deux partenaires dans l’aventure Junip, n’ont tenté de lui coudre une autre veste, si bien que ce nouvel opus ne fait que prolonger une ligne déjà bien tracée. Peut-être trop bien tracée ; si le son, simple et naturel, est plaisant, il est également un peu passe-partout, légèrement tendu mais pas réellement scotchant. On pourrait leur reprocher de ne pas avoir osé se lâcher davantage. Mais après tout, si c'est ça qui leur plait …



Junip (éponyme)

Note :



Ecoutez :

Line of Fire