19/02/2013

Atom For Peace - Amok

Atoms-For-Peace-Amok-cover.jpg

 

 

 

Après une poignée de concerts en 2010, dont une performance très remarquée au festival Coachella sous le sobriquet suggestif de « ?????? », peu osaient espérer qu’un jour, le super groupe de Thom Yorke aurait non seulement un nom, mais surtout un album complet. Car oui, Amok est bien le premier disque d’Atom For Peace, même si dans le fond comme dans la forme, tout porterait à croire qu’il s’agit du second album solo du charismatique leader de Radiohead. Sur l’affiche apparaissent bien les noms de Flea, légendaire bassiste des Red Hot Chili Peppers, et Joey Waroncker, batteur pour Beck ou feu R.E.M. Mais leur influence semble réellement écrasée par celle du gourou de l’expérimental, si bien que leurs fans des groupes précités ne s’y retrouveront sans doute pas.

 

Expérimental, Amok l’est parfaitement. On reconnait bien les fouilles et chemins personnels de Yorke, dans un style hybride difficile à classer et complètement indépendant de son époque. Même si cette fois, son délire apparait plus accessible que sur « The King Of Limbs », dernier album en date de son groupe super. En tendant l’oreille par delà les vagues de sons, on distingue en effet des fondations pop relativement conventionnelles, un mince filet de terre auquel accrocher nos cerveaux à la dérive. Quelques samples épars se font également entendre, notamment sur le titre « Reverse Running , une ligne de basse proche des « Guns of Brixton » des Clash.

 

Style hybride donc, où l’électronique est omniprésente, mais où se fondent pêle-mêle jazz, rock psyché, et d’autres encore car je n’ai pas tout listé, dans des boucles froides et entêtantes. Par-dessous, on gigote grâce à des percussions mécaniques et mesurées, qui épousent nos tympans, secouent autant qu’elles troublent. Et pour lier le tout, l’ensorcelante et incantante voix haut perchée de Thom Yorke. Amok est un album tendu, déstabilisant, à ne pas mélanger avec d’autres médicaments (lisez bien la notice ou parlez-en à votre disquaire). Certes, le quotient « choc auditif » est peu élevé, car qui connait l’animal sacré ne sera pas forcément surpris (et il faut le connaître pour avoir envie de l’écouter). Mais à nouveau, son cheminement artistique se dirige aux antipodes de la répétition, et lorsqu’on pense qu’il se pose, il se relève pour nous en redonner une longueur. Qu’on l’adule ou qu’on le déteste, Yorke l’artiste parvient encore une fois à affecter son troupeau, pour son plaisir le plus ébahi.

 


Atom For Peace

Amok

Note :  ♪♪♪♪



Ecoutez l'album en entier

06/07/2011

R.E.M - Collapse into now

REM collapse into now.jpg

 

Depuis 1979, R.E.M s'est bâti une discographie dont l'épaisseur n'a rien à envier à un tôme des aventures d'Harry Potter. Le jour où sortira l'intégrale, il faudra louer une remorque pour aller la chercher chez le disquaire. Et inutile d'opter pour la solution du supermarché ; la liste de course serait tellement longue qu'elle se prendrait dans les roulettes du caddie. A un tel niveau, la majorité des artistes sont rassasiés, affalés sur des lauriers tellement énormes qu'ils en absorbent toute leur inspiration. Mais pas Michael Stipe, dont le besoin de composition reste entier. Et si ce vétéran du rock alternatif n'a plus rien à prouver, il est hors de question pour lui de considérer ses fans comme des veaux.

 

Certes, ce n'est pas après 32 ans de carrière bien sonnés que cette légende sans âge va révolutionner son style. Il ne peut d'ailleurs se cacher plus de deux secondes derrière Collapse into now ; on le démasque les yeux fermés dès les premiers accords. Mais le Stipe n'a pas besoin d'en faire des tonnes pour être efficient. Les patriarches savent que discrétion et sobriété sont les sources du respect, telle Madonna qui a arrêté de montrer ses seins depuis bien longtemps. Ainsi, ce 15e album est soutenu par un ensemble guitares-voix élémentaire, mais opérant. Il dépasse à peine les 40 minutes, et reste loin du mécanisme de la recherche du tube. Assez surnaturellement, le son rock-folk reste très frais, et les participations amicales de Patti Smith, Peaches et Eddie Vedder en font un disque tout à fait actuel. Docile, mais tout à fait plaisant, Collapse into now est donc plus qu'une simple ligne ajoutée au bas d'un palmarès déjà bien étoffé.

 

 

R.E.M

Collapse into now

Tarif: 6.5/10

 

Ecoutez:

Discoverer

Uberlin