21/01/2011

White Lies - Ritual

White-Lies-Ritual.jpg

 

Révélés par un Debut Album au rock profondément sombre, les White Lies connurent en 2009 un succès immédiat, faisant d'eux les dignes héritiers de Joy Division, les maîtres absolus du genre. Le piège eut été de se confiner à ce remarquable essai, et de produire un second opus calqué sur le premier. C'eut été programmer pour leur carrière un enterrement digne de certains de leurs textes.

 

Très convaincant, "To lose my life" dénotait un style aussi solide que prometteur. Sur Ritual, le quatuor londonien aiguise sa redoutable griffe. Explorant davantage de sonorités New Wave, ils ouvrent leurs influences à d'autres groupes anglais de cette période, comme The Cure ou The Stranglers. Si la base reste enracinée dans le rock sombre et froid, il en résulte tout de même une fine, et non moins appréciable, évolution de style. La voix du chanteur Harry Mc Veigh évolue. Grave tant au sens musical qu'émotionnel du terme, elle gagne en puissance, et s'empare des rennes de cette dépressive dramaturge. Mais loin de nous assujettir à un état d'accablement, elle donne aux compositions une dimension énergique de poids.

 

Malgré un premier single punchy, intitulé "Bigger Than Us", qui se place dans la lignée du premier album, Ritual est globalement moins envolé, subtilement plus posé, mais tout aussi varié que son prédécesseur. En témoignent les effets électroniques qui nappent l'un ou l'autre titre, leur procurant une touche plus claire, légèrement plus Pop. Pour le reste, cet album de la confirmation contient également son lot de titres accrocheurs, des tubes en puissance affirmant le potentiel d'un groupe aussi inspiré que talentueux. Les White Lies sont définitivement lâchés, Interpol n'a qu'à bien se tenir !

 

 

White Lies

Ritual

Tarif: 8/10

 

Ecoutez

 

Bigger Than Us

Strangers

Holy Ghost