23/09/2014

The Antlers - Familiars

FamiliarsAntlers.jpg

 

 

The Antlers sont les auteurs d’une des plus belles œuvres des cinq dernières années : le doux, troublant et intrusif Burst Apart sorti en 2011. Trois ans plus tard, les New Yorkais confirment qu’ils sont décidément un groupe hors pair. Contrairement à son prédécesseur, ce nouvel opus se retient bien de sonder nos âmes. En revanche, il explore une nouvelle route de la voie lactée musicale, à savoir celle, improbable, qui relie Radiohead à Frank Michael. Oui, le rock indé romantique existe, et ce disque en est la preuve.

 

 

Recueil de balades nocturnes, composées avec de vrais morceaux de piano, contrebasse et saxophone, Familiars s’apparente à un tour de gondole à Venise. C’est beau. C’est magique. Mais c’est également long. Et répétitif. Impassibles et suffisantes, les mélodies déclament l’amour sans réelle passion. Le rythme défile comme un paysage silencieux, tandis que la musicalité ne varie pas d’un pouce tout au long des neuf plages que dure ce disque, « durer » étant ici un verbe plus que contextuel. Il ne s’agit pas d’une déception, ni de brûler ce qu’on a adoré. Mais pour produire un effet à ce point paisible, un EP aurait largement suffi.

 

 

The Antlers

Familiars

Note :  ♪ 

 

Ecoutez:

Hotel

31/03/2014

Bombay Bicycle Club - So Long, See You Tomorrow

bombayb.jpg

 

A l’aube de leur dixième année d’existence, la carrière des Bombay Bicycle Club semble prendre de l’ampleur. En témoigne le succès de « So Long, See You Tomorrow », le petit dernier qui outre-manche, taquine les grosses cylindrées au sommet des charts.

 

Qu’ils se soient cherchés trois albums durant, ou qu’ils aient accordé du temps à l’expérimentation, le band anglais trouve aujourd’hui sa patte dans un style pop rock empruntant à la world music des rythmes et sonorités parfumées, relents des pèlerinages musicaux du leader et unique producteur Jack Steadman. Mêlant guitares, sampling, électronique et divers instruments impromptus, la richesse musicale rayonne autant qu’elle impressionne. Cet éclatant travail créé une ambiance euphorique et ensoleillée, qui jamais ne lasse ni ne retombe. Ainsi, les Londoniens se distinguent nettement de leurs collègues,  gardent pour eux leur sincérité artistique, et évitent de se propulser au devant des stades par de la gonflette à la Coldplay, insipide et impersonnellePlus qu’une révélation, ce disque leur octroie un vrai statut de Next Big Thing. Si tel est vraiment leur destin, pourvu que le plumage ne nuise jamais à leur ramage.

 

Bombay Bicycle Club

So Long, See You Tomorrow

Note :   

 

 

Ecoutez :

Luna

Carry Me

Feel