28/08/2013

Suede - Bloodsports

Suede.jpg

 

 

A l’instar des Cranberries et des Smashing Pumpkins, Suede a connu son heure de gloire dans les années 90, avant de disparaître à l’aube du nouveau millénaire, pour mieux se reformer quelques années plus tard. Ceux qui, comme moi, ont eu la (mal)chance d’assister à un concert de la clique à Billy Corgan ces deux dernières années, émettront une réserve quant à l’utilisation du mot « mieux » dans la phrase précédente. Mais inutile de tirer sur le corbillard, ceci n’est qu’un aparté dans la présente chronique.

 

Le quintet londonien mené par Brett Anderson, chanteur-lover au nom bien … suédois, goutait alors au succès international, certes, mais ne provoquait pas tant l’hystérie des fans que les deux précités. Seuls quelques singles tels "Animal Nitrate", "So Young", "Beautiful Ones", raisonnent à l’oreille des trentenaires d’aujourd’hui, comme un rappel de leur insouciante jeunesse.

 

Ce premier album post-reformation débute plutôt pas mal, par "Barriers" et "Snowblind", deux titres « coup de poing » à la carrure de single. La suite, quelque peu moins emballante, barbotte dans un pop rock romantique un tantinet trop formaté. Sur la fin du disque, trop placide, l’ennui commence à se faire ressentir. On se sent bien rajeunir, bercés par la voix pinçante et si particulière d’Anderson, mais c’est bien là la principale satisfaction ressentie. A un autre band, on reprocherait de vouloir faire du neuf avec du vieux. Loin d’être mauvais, Bloodsports manque toutefois d’une sérieuse prise de risque, et de ce peps vivant et insouciant, qui nous gardait alors devant MTV, lors des après-midi pluvieux.

 


Suede

Bloodsports

Tarif :



Ecoutez:

Barriers