24/11/2012

The xx @ Rockhal

 

photo(1).JPG

 

 

A les écouter sur album, on peut craindre qu'un concert de The xx nous plonge dans un état semi-comateux. Les vingt premières minutes de la soirée sont en effet très calmes ; c'est le retard pris par les Londoniens avant que les lumières de la Rockhal ne s'éteignent enfin. Au commencement, un grand rideau bleu terne dissimule la scène ; on ne devine la présence du groupe derrière cette immense toile qu'aux premières notes de Angels, plage qui ouvre leur second album Coexist. Bientôt la douce voix de Romy Croft retentit dans les enceintes, et couvre les acclamations des premiers rangs, remplis de fans. Le volume des micros est au maximum, permettant à Romy de se faire entendre sans devoir crier - heureusement car on l'imagine mal hausser la voix. Sa silhouette s'esquisse derrière l'immense toile, avant que celle-ci ne tombe, dévoilant entièrement un trio à son habitude sombrement vêtu. Basse en main, Olivier Sim emmène son instrument dans une danse aquatique, tandis que Jamie Smith manie ses percussions synthétiques de son seul doigté.

 

A l'image d'une musique où aucun son n'est superflu, le lightshow s'avère très efficace. Distillant les couleurs de façon mesurée, il consiste principalement en une série de spots se mouvant tantôt vers le public, tantôt vers les artistes. L'intensité des lumières accompagne également celle du son, celles-ci se faisant plus confidentielles durant les chansons intimistes. C'est notamment le cas sur Fiction, lorsqu'Olivier dépose sa basse et s'empare des lead vocals. Sexy et chaleureuse, sa voix émoustille la partie féminine du public, qui ne se prive pas pour manifester son contentement.

 

A ceux qui leur reprochent une mollesse manifeste et permanente, le trio donne une bonne leçon. Alternant les chansons du premier et du second album, ils greffent leur set de passages profonds mais animés, faisant claquer des percussions électroniques claires, sans jamais tomber dans l'ambiance club discothèque. En accompagnement, la guitare amplifiée de Romy peaufine cette mutation de la griffe xx en un brasero décoloré, et unique en son genre. L'enchainement d'un titre à l'autre, souvent instantané, permet à cette envoutante atmosphère de ne jamais retomber. Les chansons ne sont pas interprétées telles que sur album, ce qui apporte une valeur ajoutée. Le groupe propose ainsi, parmi la setlist, un Missing très érotique, une surprenante version dance de Crystalised, et un VCR chargé d'émotion. L'apothéose survient avec la montée qui accomplit Infinity, chargée d'électricité, et que le groupe fait durer interminablement. Tandis que le rideau de fond de scène se relève, dévoilant un immense "X" en trois dimensions, qui finira par briller sur toute la salle.

 

On pense alors que le groupe a usé toutes ses cartouches. C'était oublier l'ouverture du premier album, une entêtante intro instrumentale, qui surgit comme une évidence, en début de rappel. Le concert se termine sur Tides et Stars, après qu'Olivier remercie le public à sa manière, peu chaleureuse en apparence, mais gravement sincère. Les xx ont réussi à emmener le public de la Rockhal au sein de leur univers, conservant une tension certaine et suffisante durant une heure vingt d'un concert aussi captivant que surprenant.

 

 

The xx @ Rockhal, Esch-sur-Alzette

Vendredi 23 novembre 2012

Publié dans Concerts | Commentaires (0) | 22:14 |  Facebook | | Tags : the xx, rock, indé, indie, rockhal | Lien permanent

21/09/2012

The xx - Coexist

the xx,xx,coexist,romy croft,jamie smith,minimal,minimaliste,rock

 

 

Voici l’un des albums les plus attendus de l’année…

 

En 2009, la planète rock voyait débarquer dans ses bacs un ovni, singulièrement orné d’un « x » blanc sur fond noir. Mystérieux et interpellant, ce debut album éponyme allait connaître une ribambelle d’apologies toutes plus dithyrambiques les unes que les autres.  Du jour au lendemain, ou presque, les quatre jeunes Londoniens dissimulés sous cette lettre, symbole usuel des l’anonymat, en sortaient précisément, et se retrouvaient catapultés sous les projecteurs d’un public exigeant et international. L’un après l’autre, les critiques qualifiés se sont emparées du phénomène, personne ne voulant être le dernier à les applaudir. Beaucoup, aussi, ont sauté sur l’effet de mode, comme ils sautent sur du Solveig en boîte de nuit. Quoi qu’il en soit, on a connu des débuts bien plus fastidieux que ceux-là. Mais qu’on aime ou qu’on n’aime pas, reconnaissons à The xx le mérite de créer une musique qui, bien plus que d’avoir le simple mérite d’exister, existe réellement.

 

Leur talent, c’est celui d’insuffler tout en douceur un univers propre et étendu, formé d’une large palette de couleurs sombres. Leur griffe, c’est un rock percutant de calme, aux silences pointilleusement cadencés, qui alterne le chaud et le froid et vient parfois effleurer l’érotisme platonique. Un minimalisme nocturne et enrobant, inspiré par leur apprentissage musical ; c’est la nuit venue qu’ils jouaient ensemble, diminuant le son de leurs amplis au minimum pour ne pas réveiller frères, sœurs ou parents. De cette passion commune est né un succès qui ne doit rien à personne d’autre.

 

Après ce premier album réussi, et une tournée qui les a menés partout dans le monde, quelle pression sur les épaules de ces jeunes artistes, à l’heure où sort leur second album…

 

Sur Coexist, la recette miracle ne change pas. On remarque toutefois que certains passages privilégient l’électronique. Des titres comme « Reunion » ou « Sunset » s’assimilent, en quelque sorte, à une évolution épurée du Everything but the Girl remixé par Todd Terry dans les années 90. Une notion de synthétisme avant tout accentuée par les percussions, qui ricochent parfois comme des beats de dance. On n’atteint pas encore le post-dubstep de James Blake, basse et guitare permettant de ne pas sortir du format pop conventionnel, mais certains morceaux de l’album pourraient presque nous faire danser. Sur Coexist, la guitare est mesurée, au millimètre. On la sent en pleine retenue, plus souvent qu’à son tour, distillant ses litanies avec encore plus de justesse.

 

The xx, c’est aussi deux voix aussi différentes que complémentaires. Si la qualité du chant de Romy Croft nous avait déjà sauté aux oreilles, force est de constater que Jamie Smith a bien bossé le sien. Moins sèche, sa voix se dessine avec davantage de forme et de maturité. De loin, on croirait parfois entendre du Murat. Il ne se contente plus de réciter ses textes de façon diatonique, et peut à présent assumer l’un ou l’autre titre seul au micro.

 

A l’instar de la musique de Radiohead, celle de The xx se comprend et s’apprécie tant et plus, au fur et à mesure des écoutes successives – rares d’ailleurs sont les groupes capables d’une telle maestria. Ainsi, même dépourvu de vraie surprise, court de 33 petites minutes à peine et camouflé au sein d’une harmonique d’apparence simpliste, Coexist n’en est pas moins chiche, dans son entièreté, de provoquer l’addiction.

 


The xx

Coexist

Tarif : 8/10


 

Ecoutez:

Angels

Chained