25/08/2011

Foo Fighters - Wasting Light

foo fighters,wasting light

 

Depuis plus de quinze ans, Dave Grohl suit une carrière qui démontre l'intérêt de ne pas baisser les bras, suite à l'arrêt tragique d'une première activité musicale. Il n'est certes pas le premier, et à ce titre, je ne vous ferai pas l'injure de rappeler dans quelles circonstances New Order s'était formé.

 

Puisqu'il n'est plus utile de les présenter, que faut-il penser de ce septième album ? Lorsque la pochette cartonnée atterrit dans les bacs, on se dit "chouette, un nouvel album des Foo !". Et dès la première écoute, on pense "Plutôt chouette, le nouvel album des Foo !". Vous voyez où je veux en venir ? A cette limite impalpable et infranchissable, en dessous de laquelle un album des Foo reste un album des Foo. Affligeant, isn't it ?

 

Wasting Light mérite mieux que ce traitement. L'évidence apparait alors que sur le lecteur, les pistes s'enchaînent et se répètent. Ce qui au départ, devait uniquement nous faire taper du pied, parvient à titiller bien plus que le bout de nos phalanges. Là où certains groupes de rock US se contentent de balancer des hymnes à faire sautiller le peuple, l'index et l'auriculaire relevé, Dave Grohl, lui, va plus loin. L'ex pote de Cobain parvient à doter ses chansons d'une dimension affective peu commune pour ce format. Les changements de rythme surprennent toujours, les refrains sont gorgés de puissance, et aucune des onze titres ne pâlit en regard des autres. Si bien qu'après les dernières notes du somptueux Walk qui clôt l'album, on en réclame encore.

 

Wasting Light est bien plus qu'un simple album des Foo Fighters. C'est une galette exaltante à souhait, de celles qui devraient être prescrites aux asthéniques. Et remboursées par la mutuelle.

 

 

Foo Fighters

Wasting Light

Tarif: 8/10

 

 

Ecoutez:

Rope

These days

Walk